Les Français et le regroupement de crédits, une nécessité ?

Le regroupement de prêts a longtemps été boudé par les Français, le considérant comme une solution arnaque n’ayant que pour intérêt celui de gonfler les comptes des banques. Simplement, le rachat de crédit s’avère être plus utile que ce que l’on peut imaginer.

Une opération sur le devant de la scène

L’année 2017 a été contraire à toutes les attentes en proposant de nouvelles baisses de taux alors que les professionnels tablaient sur une douce et lente remontée. Ainsi, les emprunteurs en ont profité pour souscrire des prêts immobiliers ou pour renégocier de nouvelles conditions de prêt, à noter qu’un prêt immobilier sur deux était en réalité une renégociation ou un rachat de crédit. Ce phénomène est directement lié à la baisse des taux, certains emprunteurs ayant renégocié leur prêt souscrit dans les précédentes années ont pu gagner des milliers d’euros, un gain non négligeable qui a permis de sauter le pas.

Le regroupement de crédits a lui aussi pris de l’ampleur puisque les taux étant particulièrement bas, les ménages ont trouvé un réel intérêt à réduire leur mensualité avec des niveaux aussi intéressants. L’allongement de la durée était donc moins impactant sur le budget, puisque rappelons le, le but de l’opération est d’allonger la durée pour réduire le montant des échéances, ce qui peut entrainer une majoration du coût total de l’emprunt.

1 Français sur 2 concerné en 2018

Chaque année, la FBF publie son tableau de bord liés à l’observatoire des crédits des ménages et en 2017, plus de la moitié des détenant de crédits ont estimé avoir des mensualités élevées, dont une partie les considère tout de même comme supportables. Ce constat montre que les mensualités restent lourdes pour la plupart des Français et qu’un recours au rachat de prêts leur permettrait de réduire considérablement leurs échéances, facilitant ainsi le quotidien.

Les Français éprouvent donc des difficultés et semblent se tourner vers l’opération qui permette justement de rééquilibrer le budget, à savoir le regroupement de crédits. Ainsi, une solution bancaire qui a longtemps été pointée du doigt est soudainement devenue une alternative efficace pour repartir sur de meilleures bases. A en croire les professionnels de la finance, le nombre de demandes n’a jamais été aussi important qu’en ce moment, de quoi démontrer une fois de plus que chaque opération bancaire a une utilité.

Une opération coûteuse ?

La première question des Français au sujet d’une opération bancaire est généralement liée au coût. Pour un rachat de prêts, l’addition peut vite être salée sur l’allongement de la durée prend trop d’ampleur ou si l’emprunteur ajoute un montant dédié à un nouveau financement. On estimait que les taux avoisinaient les 7% à 8% en 2015 pour un financement de nature à la consommation, on est plus proche des 2% à 3% en ce moment, suivant la durée choisie.

Les frais de dossiers, les frais de remboursement anticipé et divers autres charges liées à une prise de garantie par hypothèque sont également des facteurs importants à prendre en compte. Dans tous les cas, c’est le coût total du crédit qui permet de comparer une situation avant et après financement. Pour l’assurance, le TAEA remplit fort bien cette fonction puisqu’il annonce le coût total annuel de l’assurance. A noter par ailleurs que l’on peut désormais résilier à tout moment sa couverture de prêt pendant une année à compter de la signature de l’offre de prêt puis à chaque date anniversaire si besoin.

Sidebar



En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer