Qu’est-ce que la Voie Lactée

La Voie Lactée est notre galaxie, le foyer de notre système solaire. Elle s’est formée il y a un peu plus de 13 milliards d’années, à peine quelques milliards d’années après le Big Bang. Elle fait partie d’un système de 50 galaxies appelé Groupe Local, lui-même enchâssé dans le Superamas de la Vierge.

Avec ses 50 milliards de planètes et ses 200 à 400 milliards d’étoiles, la Voie Lactée est une galaxie spiralée. Son centre est entouré d’un disque plat aux multiples bras morts contenant des corps en orbite, des gaz et poussières. Le centre abriterait un trou noir massif et une source radio complexe appelée ‘Sagittaire A*’. La Voie Lactée est entourée d’un halo galactique contenant de la matière noire et un très petit pourcentage du nombre total d’étoiles de la galaxie. Certains astronomes pensent que la Voie Lactée est en fait un type spécial de galaxie spirale appelé spirale barrée en raison de la distribution d’étoiles en barre qui traverse son centre.

Aristote fut le premier à écrire sur la Voie Lactée aux environs de -350 av. JC. Il s’opposait aux autres philosophes grecs qui croyaient que la traînée lactée dans le ciel n’était que des étoiles. Aristote pensait qu’elle était une sorte d’émission ardente dans l’atmosphère de la Terre provenant d’un amas de très grandes étoiles. Les astronomes continuèrent de spéculer au sujet de la vraie nature de la Voie Lactée jusqu’à ce que Galilée détermine en 1610 qu’elle comprenait un nombre gigantesque d’étoiles. En 1755, Emmanuel Kant réalisa que la Voie Lactée était en rotation et maintenue par la gravité. 30 ans plus tard, William Herschel tenta de représenter la forme de la Voie Lactée en comptant et enregistrant la position des étoiles visibles. Enfin Edwin Hubble détermina dans les années 1920 qu’il existait des nébuleuses au-delà de la Voie Lactée, prouvant qu’il y avait d’autres galaxies dans l’univers.

 

Malgré toutes nos observations, la Voie lactée reste encore mystérieuse. Herschel et les astronomes avant lui croyaient que notre système solaire trônait en son centre à cause de la distribution apparemment égale d’étoiles dans notre ciel. Diverses méthodes indirectes ont été utilisées pour calculer la taille réelle de la Galaxie, dont la relation période-luminosité de certaines étoiles. La luminosité, ou brillance, de certaines étoiles pulse selon un modèle prévisible qui peut être mesuré pour estimer la distance. Au début du 20e siècle, l’astronome Harlow Shapley utilisa certaines de ces mesures pour extrapoler les distances d’amas globulaires extérieurs à la Voie Lactée. Elles prouvèrent que le Soleil n’était pas au centre de la Galaxie et donnèrent une estimation grossière (mais inexacte) du diamètre de la Voie Lactée. Aujourd’hui, nous pouvons cartographier la galaxie en utilisant des télescopes qui captent la lumière et les ondes radio émises par les gaz et les molécules flottant dans l’espace.

La Voie lactée n’est pas un objet statique : ses bras s’enroulent autour du centre et elle bouge également dans la direction d’une importante anomalie gravitationnelle appelée le Grand Attracteur. Notre galaxie a aussi ses propres galaxies en orbite. Ses deux plus grandes, le Petit et le Grand Nuage de Magellan, créent une déformation vibratoire dans le disque de la Voie Lactée tandis qu’elles orbitent, en raison de la présence de matière noire.

La pollution lumineuse et d’autres types de pollution atmosphérique brouillent notre vision à l’œil nu de la Voie Lactée depuis la Terre ; celle-ci est davantage visible dans des zones très rurales par ciel clair et ressemble à une délicate bande de nuages laiteux qui s’étend sur le ciel nocturne. Des cartes de pollution lumineuse sont disponibles sur le Web et les clubs d’astronomie locaux peuvent vous aider à trouver le meilleur endroit où aller.

 

 


Audible FR - Profitez de l’offre d’essai et téléchargez votre premier livre audio gratuitement !

Sidebar