Apprendre l’anglais et décoller professionellement

Dans un rapport sur les pratiques linguistiques des entreprises, l’Observatoire de la Formation, de l’Emploi et des Métiers (OFEM) a interrogé plus de cinq cents entreprises afin de déterminer les langues principalement parlées par leurs clientèles non francophone.

Ce n’est pas une surprise, l’anglais est la langue étrangère principale dans plus de 89% des cas. En effet, l'anglais est la langue la plus utilisées professionnellement en Europe et dans le monde, et la troisième langue la plus parlée dans le monde en tant que langue maternelle. Mais la question que beaucoup de personnes se pose est la suivante. Apprendre l’anglais est-il un bon investissement? Suivre des cours d’anglais des affaires (business English) peut-il me permettre de faire avancer ma carrière?

Près d’un homme sur trois est capable de tenir une conversation en anglais, ce qui en d’autre terme signifie que parler anglais permet de vendre des produit ou des services, ou tout simplement communiquer, avec plus de 2 milliards de personnes. En décidant d’apprendre l’anglais lors d’un voyage linguistique par exemple (http://www.elanguest.fr/ ) ,des occasions commerciales et d’affaires se présenteront à vous, vous plaçant ainsi dans une situation profitable. Gagner la confiance de clients ou de partenaires anglophones, bâtir de nouvelles relations commerciales avec eux, passe aujourd’hui par une maîtrise de leur langue maternelle.

En outre, la connaissance de l’anglais est un avantage indéniable dans le processus de recherche d’emploi. De nombreux postes sont réservés aux personnes parlant l’anglais et le nombre de ces postes est en constante augmentation.

Enfin, c’est un investissement sur le très long terme également. Pourquoi ? Et bien très simplement parce que votre enfant bénéficiera de votre apprentissage. Or pour un enfant ou un étudiant, maîtriser une langue étrangère ça n’a pas de prix. En effet, cela développe chez eux une meilleure compréhension du monde qui les entoure, de meilleures relations sociales mais aussi les prédispose à apprendre d’autres langues.

Cependant apprendre l’anglais à un coût. Dès lors la question à se poser est la suivante : le rapport coût amené par l’apprentissage de l’anglais, profit amené par l’exercice de l’anglais est-il avantageux ?

D’après Jean-Marie Klinkenberg, linguiste et président du Conseil de la langue française, il est possible de calculer la “valeur financière” d’une langue avec le rapport entre le profit escompté par l’acquisition de cette langue et le coût représenté par son apprentissage.  Selon François Grin cette fois, spécialiste de l’économie des langues de l’Université de Genève le “taux de rendement” des langues n’est rien de plus compliqué que le lien entre les compétences linguistiques d’une personne et ses revenus. Sans surprise, l’anglais est la langue la plus rentable, responsable de hausse de salaire allant de 11 à 25% selon les régions. L’anglais est ainsi une valeur sure est rentable, et le meilleur moyen de se construire un avenir professionnel radieux.

Quentin  du site Elanguest

 

 

 

Sidebar