Conseils pour installer un puits canadien à air

Installer un puits canadien à air demande le respect d’un certain nombre de règles, car il en va de votre santé et de la pérennité de l’installation. Le puits ayant une durée de vie largement supérieure à 30 ans, il serait dommage de ne pas en jouir sereinement durant toutes ces années.

Rappelons qu’un puits canadien nécessite une maison bien isolée et une ventilation efficiente (VMC double flux) sinon c’est une perte d’argent car il sera peu efficace. Le puits canadien permet de ne pas refroidir la maison par la ventilation en hiver et de ne pas la réchauffer en été, ce qui est économique et écologique. En hiver, il évite principalement que la centrale VMC s'arrête par température négative (risque de givrage de l'échangeur) ou que la batterie électrique de préchauffage se mette en route. En été, le puits apporte un air tempéré dans la maison alors qu'il fait trop chaud à l'extérieur.

Un puits canadien est constitué d’une borne, d’un collecteur et d’une régulation.

La borne est à placer dans un endroit à l’abri des sources de pollution comme les gaz d’échappement, les pollens ou les odeurs. Le collecteur, tuyau flexible d’une longueur de 50m pour avoir un bon rendement, permet l’échange de température entre l’air et le sol. Il est à enterrer à plus de 1,20 m et avec une pente régulière supérieure à 2 % pour l’écoulement de l’eau de condensation. La longueur du conduit devra tenir compte de la taille de la maison, du débit de ventilation et des besoins de sur-ventilation nocturne en été. Les tranchées nécessaires peuvent être réalisées au moment du terrassement, ce qui réduira les coûts. Le tuyau doit être posé sur un lit de sable de 10 cm puis recouvert par 30 cm de sable compacté. Poser par-dessus un grillage avertisseur. Refermer la tranchée par la terre de remblais. La surface supérieure devra autant que possible être exposée aux conditions climatiques. Eviter les parkings où l’eau ne s’infiltre pas et les arbres à longues racines.

Au point le plus bas de l’installation, dans la cave ou dans un regard étanche à installer, placer un récupérateur des condensats pour évacuer l’eau stagnante.

Une régulation permet d’utiliser ou non le puits canadien en fonction de la température extérieure. En intersaison où le puits n’est pas utile, une régulation automatique permet le fonctionnement autonome du système.

Il existe actuellement un nouveau système de puits canadien. Il s'agit du puits canadien à eau glycolée. C'est ici un liquide antigel qui récupère la chaleur du sol dans une boucle fermée. Un échangeur de chaleur retransmet les calories à l'air entrant dans la VMC, sans aucun contact. Ce nouveau système a le même rendement, est plus simple à installer, limite les risques de pollution (odeurs, gaz, radon) et il est moins cher à l'achat.

Plus d’informations et de conseils sur www.prospair.com

Sidebar