Peut-on encore acheter un logement en 2014 ?

La pierre est depuis longtemps l'investissement préféré des français. Pourtant depuis plus de 30 ans, les prix de l'immobilier ont été multipliés par 2,5 selon l'Insee. Inflation me direz vous ? Certes. Cependant, à force de revendre toujours plus cher son logement que ce qu'on l'a payé, sans que ce soit réellement justifié par les travaux accomplis, on participe au grossissement de cette fameuse bulle immobilière dont on entend de plus en plus parler. Les propriétaires qui ont déjà pu profiter d'une plus value confortable sur une revente antérieure se retrouvent acteurs de ce cycle infernal sans vraiment en pâtir. En revanche, les primo accédants, accablés par la crise économique, la hausse des dépenses de première nécessité et dont le salaire n'évoluent que trop lentement à la hausse, se retrouvent dans l'impasse.

A l'aube de l'année 2014, une question immobilière brûle toutes les lèvres : Peut on encore se loger et devenir propriétaire à l'heure actuelle ?

L'endettement immobilier des français

Selon l'Insee, l'endettement immobilier des français ne cesse d'augmenter. Deux causes principales sont à l'origine de ce phénomène :

  • La hausse des prix de l'immobilier proportionnellement plus forte que le revenu annuel des ménages
  • La hausse du coût de la vie

Dans ces conditions, le pouvoir d'achat immobilier baisse et l'endettement augmente, laissant de moins en moins de marge de manœuvre dans le budget des ménages qui décident quand même de choisir l'option de la primo accession.

Pourtant, puisque les établissements bancaires ne prêtent pas leur argent à fonds perdus et sans garantie, comment les primo accédants peuvent-ils encore acheter et pourquoi le marché immobilier actuelle n'est il pas encore complètement grippé ?

Malgré les prix, comment les primo accédants peuvent ils encore devenir propriétaires ?

Selon des sources officielles, le volume de primo accédants se maintient depuis 10 ans, il augmente même légèrement. Comment est-ce possible ?

Si la primo accession est encore possible dans un contexte de crise économique majeure et malgré des prix immobiliers décorrélés des revenus moyens, c'est pour plusieurs raisons :

  • la surface habitable achetée qui diminue
  • les taux immobiliers très bas
  • les durées d'emprunt qui augmentent
  • les aides de l'Etat en faveur de la primo accession

Ces leviers permettent de redonner artificiellement du pouvoir d'achat immobilier. Pourtant, parce que les primo accédants ne pourront pas indéfiniment acheter toujours plus petit pour des durées de crédit immobilier toujours plus longues, le marché semble aujourd'hui ralentir en faisant planer le risque d'un éclatement de la bulle immobilière dans une France récemment classée par The Economist comme l'un des pays où les prix des logements sont les plus surévalués.

La baisse des prix des logements

Selon le dernier rapport des Notaires de France, le volume des transactions immobilières est en baisse en 2013, de même que le prix des logements. Cette tendance est relevée dans toutes les régions françaises, que ce soit dans le neuf ou l'ancien. Evidemment la demande reste forte et devenir propriétaire est encore un souhait majeur partagé par la plupart d'entre nous. Par ailleurs, les acheteurs déjà propriétaires par le passé bénéficient d'un apport confortable pour entretenir la dynamique du marché.

Mais les autres ? Parce que tout le monde n'a pas la volonté ou l'envie de se lancer seul dans une rénovation totale épuisante pour acquérir un bien immobilier à moindre coût, parce que tout le monde n'a pas les notions de maçonnerie nécessaire pour réaliser une dalle en béton ou construire un mur en béton cellulaire, les prix des logements décents et habitables devront bien un jour ou l'autre redevenir abordable.

Etant donné le scénario catastrophe que semble emprunter petit à petit le marché immobilier actuel, c'est peut être bien en 2014 que les prix vont enfin baisser !

Sidebar