Drone : révolution dans le monde de la production audiovisuelle

Depuis quelques années, nous voyons de plus en plus des vues aériennes en basse altitude dans les reportages à la télévision. Ceux sont dans la plupart du temps des plans ” drone” car il peut survoler des sujets et des personnages de quelques mètres. En comparant avec un hélicoptère qui ne peut pas descendre en dessus des 150m d'altitude, un drone est plutôt associé aux mouvements de la “grue” du cinéma.

Inversement, le drone n'est pas autorisé à dépasser les 150m d'altitude selon l’arrêté du 11 avril 2012 relatif à « la conception des aéronefs civils qui circulent sans aucune personne à bord”. Ce qui lui permet quand même de filmer à des altitudes proches des 150 m avec des grandes vues d'ensemble. Le drone fait désormais la liaison entre le caméraman au sol et l'hélicoptère. Certaines productions comme “Thalassa” n'hésitent pas à utiliser les trois en même temps pour multiplier les angles de vue.
En voici un exemple, un film aérien de deux minutes entièrement filmé par drone : “Belle-Ile par drone”.
Ceux sont les sociétés de production audiovisuelle spécialisées dans les vues aériennes par drone qui en assurent les prestations. Elles doivent être enregistrées auprès des services de la DGAC et sont soumises à des règles strictes de navigation. Quelques exemples : déclarer un vol en agglomération auprès de la préfecture, pas de survol de foule ou de rassemblement de personnes, garder une distance de 30 m avec les personnes, pas de vol de nuit, …
Un drone est doté en général  de quatre à huit moteurs selon le poids à embarquer, il est piloté à l'aide d'une radiocommande et intègre une multitude de capteurs électroniques telle que : gyroscope, capteur de pression, compas, GPS,…
Une équipe de drone est composée d'un pilote et d'un cadreur, les deux ensemble forment une équipe qui détermine la qualité des images. Le drone embarque aussi du matériel de photographie professionnelle telle que le Canon 5D pour des prestations de photos aériennes.

Depuis l'arrêté du 11 avril 2012, la technique des drones ne cesse de s'améliorer, les fabricants ont bien compris le potentiel d'un tel marché et s'acharnent à développer leur technologie.

A venir, le système des “Waypoints” fera peut-être son apparition. Ce système permet à l'opérateur de programmer son drone et lui faire réaliser un vol en automatique. On le programme par exemple à parcourir une distance d'un point A à un point B à une certaine altitude et de photographier toutes les deux secondes. Cette technique est accessible au grand public mais reste difficile à maitriser. Actuellement, le réseau ERDF travaille en collaboration avec les services de la DGAC pour ajouter un type de prestation réglementaire afin de contrôler les lignes à haute tension avec des drones. Les prises de vue par drone nous promettent de belles découvertes de notre territoire.

Sidebar