L’appel au secours des hôteliers indépendants

Cela fait plusieurs années que la tendance s’observe et que nous constatons la difficulté pour les hôteliers indépendants d’être compétitifs à tout point de vue. Dans un article récent publié dans un quotidien régional, le Nice Matin, le président du syndicat hôtelier alors interviewé lançait un cri d’alarme en mentionnant que l’écart se creuse entre hôteliers en milieu urbain et hôteliers en milieu dit de campagne ou de banlieue. De plus en plus d’hôteliers indépendants rencontrent des difficultés financières ; cela est notamment dû au fait qu’ils ne disposent pas des compétences et ressources en interne pour assurer leur compétitivité et leur attractivité. La conséquence est sans appel : ils tombent peu à peu dans l’oubli, et deviennent inexistants auprès des clients.

Certaines sociétés ont depuis longtemps voulu profiter de ces faiblesses en proposant aux hôteliers de leur simplifier la vie et de faire des choses qu’ils ne savent pas faire. C’est de cette façon que certaines très célèbres centrales de réservation internet proposent depuis une dizaine d’années à ces hôtels de figurer sur leur site moyennant une commission sur chiffre d’affaires. Au début, ce partenariat semblait être la solution idéale. L’hôtelier ne maitrisant pas bien les nouvelles techniques de commercialisation sur le Web s’en remet entièrement à ce partenaire qui se charge de tout : mise en avant de son produit avec descriptif et visuel, un bon référencement sur le Web, et des réservations à coup sûr ; en échange, une commission sur chiffre d’affaires pour chaque réservation confirmée. Ce qui paraissait simple et idéal au début est vite devenu cauchemardesque pour l’hôtelier indépendant qui a vu le coût de ce partenariat augmenter chaque année : mise en place d’options payantes, augmentation du montant des commissions, obligation de souscrire à certaines options pour figurer en tête de liste et dernièrement, ces sites s’octroient même le droit de détourner l’internaute vers d’autres hôtels de son portefeuille si l’hôtel n’est plus disponible. Lorsque les réservations en provenance de ces partenaires deviennent majoritaires, il y a danger, et c’est malheureusement le cas dans de nombreux établissements indépendants qui n’ont pas mesuré à l’époque le capital risque d’un tel partenariat.

Il y a urgence aujourd’hui si nous voulons préserver notre hôtellerie indépendante et de pas la voir mourir au profit de grands groupes internationaux. Il faut récupérer la clientèle en direct en optimisant la performance du site de l’hôtel et de son moteur de réservation.

Pour pallier aux nombreux besoins de ces établissements, Beezness Hotels a développé de nombreuses solutions pour les soulager dans leur activité au quotidien. C’est majoritairement aujourd’hui dans l’élaboration de leurs tarifs, l’optimisation de leur site internet que la société intervient, nous confie sa fondatrice Emilie Leflot. Fort de son succès, Beezness Hotels a lancé en avril 2014 des formations commerciales & Marketing, particulièrement adaptées pour les hôteliers ayant besoin d’accroître leur connaissance du Web et les nouvelles problématiques commerciales associées

Sidebar