Il faut bien présenter sa lettre de motivation. Quel scoop ! - Dmoz.fr | Actualité insolite
Aller au contenu

Il faut bien présenter sa lettre de motivation. Quel scoop !

On trouve en ligne de nombreux sites consacrés à la rédaction lettres de toutes sortes, avec des modèles, des conseils et surtout des règles incontournables. Certains déclarent sans nuance qu’une bonne lettre de motivation ne compte jamais plus d’une page, d’autres affirment qu’elle doit obligatoirement être manuscrite.

Beaucoup insistent aussi sur l’encre qui aurait la préférence des recruteurs, qui devrait impérativement être bleue… ou noire… Et puis, bien sûr, aucun ne manque jamais de rappeler qu’une parfaite maîtrise de l’orthographe est indispensable (des fois qu’on puisse penser le contraire…) Autant dire que le demandeur d’emploi reste à leurs yeux un minable, qu’il convient d’humilier encore, pour mieux lui vendre une bible de la recherche d’emploi ou un recueil de lettres prêtes à l’emploi.

Il ne s’agit donc pas ici de d’asséner des principes intangibles mais de dédramatiser la question de la présentation formelle de la lettre de motivation. Le fond est bien évidemment plus important que la forme et, s’il est vrai qu’il faut faire bonne impression, on peut aussi se souvenir que les recruteurs sont des êtres humains, avec des préférences, des besoins et des personnalités variés. Il s’en trouve pour aimer l’encre turquoise et peut-être même quelques-uns qui ont des lacunes en orthographe…

Pourtant c’est précisément pour se conformer à ces « normes » que l’on en vient parfois à produire des lettres insipides parce que stéréotypées, ou indéchiffrables parce que trop denses ou péniblement écrites à la main.

Or chacun peut comprendre qu’une lettre dactylographiée est plus agréable à lire, alors qu’elle montrera davantage la motivation du candidat si celui-ci prend la peine de l’écrire à la main. Quoi qu’il en soit peut-on croire qu’un recruteur refuse de recevoir un candidat satisfaisant aux exigences de la fonction, au simple motif que sa lettre a (ou n’a pas) été écrite à la main ? A moins que l’annonce ne comporte une précision à cet égard (ou qu’il s’agisse d’un emploi de calligraphe…) cette question n’a au fond guère d’importance. Il est de même improbable qu’une demande d’entretien contenant les éléments factuels attendus soit rejetée pour la seule raison qu’elle s’étalerait sur deux pages. Serait-il préférable de réduire les marges et les interlignes à l’extrême pour duper le lecteur et donner l’illusion qu’on a un bon esprit de synthèse ?

Il y a certes quelques principes à connaître, ne serait-ce que pour montrer qu’on maîtrise les usages ou pour s’en écarter dans une forme de défi. On préfèrera dès lors une présentation « à la française » si l’on écrit à une entreprise en France (adresse de l’expéditeur en haut à gauche, date et adresse du destinataire à droite). Et un peu de sobriété ne nuit pas pour le papier et de l’encre.

Pour éliminer les fautes d’orthographe, il importe certainement de se faire relire par un proche ou un professionnel. Mais il est aussi important de savoir se fier à son propre jugement. Un bon écrivain public peut vous aider à mettre vos atouts en avant et à valoriser vos compétences. Mais méfiez-vous des donneurs de leçon et des dogmatiques.

-