Parquet massif ou contrecollé : lequel choisir ?

Il traverse le temps, résiste à toutes les épreuves, se décline dans toutes les teintes imaginables, le parquet est l’élément de déco phare d’une belle pièce à vivre. Du coup, pour faire son choix, ça devient compliqué ! Parquet massif ou contrecollé ? On vous livre la réponse.

Le parquet c’est bien sur de la déco, mais aussi et surtout un élément de revêtement de sol. A ne pas négliger donc ! Ce qu’il faut savoir en premier lieu, c’est qu’il existe deux principaux types de parquet : le parquet massif et le parquet contrecollé.

Le parquet massif est composé d'une seule et même essence de bois. Selon son épaisseur, il pourra soit être cloué sur lambourdes, soit collé « en plein ». Les lambourdes sont de gros morceaux de bois vissés sur le plancher et sur lesquelles les lames de parquet vont être clouées de manière perpendiculaire.
La pose collée est quant à elle possible sur du ciment, des dalles béton, de l'aggloméré ou du carrelage. Le support devra alors être plan, sec et sain. Vous avez un chauffage par le sol ? Votre parquet massif devra impérativement être collé. Assurez-vous également auprès de votre point de vente qu’il sera usiné et posé selon les règles de l’art (les normes et DTU sont là pour vous guider). Dans le cas contraire, il y a un risque de déformations des lames !

Le parquet contrecollé, aussi appelé couramment parquet flottant, est un parquet constitué en 2 ou 3 couches de bois, appelées « pli », apportant chacune ses qualités. Son procédé de fabrication industriel permet de le décliner en de nombreuses essences, teintes, variations et aspects. S'il est composé de 2 plis, on conseillera une pose collée. Pour 3 plis, on préfèrera une pose collée également mais il peut-être posé flottant. La pose flottante est facile et rapide car le parquet n'est pas fixé au sol. Les lames de parquet sont assemblées entre elles par un clic ou de la colle.

Votre choix est fait ? C’est l’heure de prendre connaissance des différentes essences de bois pour parquet. Le chêne est l’essence la plus courante. Mais il y a aussi le hêtre, le châtaignier, le frêne ou encore des essences exotiques telles que le wengé, le teck ou le merbau. Assurez-vous au préalable que ces bois sont issus de forêts bénéficiant de la « gestion durable » PEFC pour les feuillus autochtones ou FSC pour les exotiques.

Une fois que votre choix sera arrêté sur l’un ou l’autre, il faudra penser au type de parquet : à l'anglaise, qui est la pose la plus courante (les lames sont posées les unes à côté des autres), en point de Hongrie, en bâton rompu… c’est vous qui décidez !

[1] Document Technique Unifié

Sidebar