Comment reconnaître les poinçons sur les bijoux en or, argent ou platine

Les poinçons, aussi appelés poinçons de marques, sont des symboles insculpés sur les objets faits de métaux précieux comme l’or, le platine et l’argent en guise de garantie de leur pureté. Les poinçons s’utilisent en Europe depuis le XIVe siècle.

Les poinçons dans la bijouterie permettent de déterminer le nom du fabricant, de garantir les proportions précises de chaque métal de l’alliage ainsi que le paiement des droits correspondants à l’organisme qui se charge de la garantie. Il est alors probable d’avoir plusieurs poinçons présents sur un bijou en or ou pour d'autres métaux précieux. Ces marquages se font généralement à des emplacements discrets sur le bijou mais aussi sur chaque pièce dans le cas de parties indépendantes ou démontables.

La norme varie selon les pays et les différentes traditions de joaillerie et indique la pureté ou qualité du métal et peuvent s’ajouter les marques du fabricant, de l’autorité régulatrice ainsi que la date de création. Actuellement les lois de presque tous les pays du monde exigent que les objets faits de métaux précieux soient poinçonnés et qu’ils indiquent le caratage et la pureté du métal.

Les premières marques de contrôle sur les bijoux remontent aux bijoux byzantins du IV siècle, et la première norme européenne a son origine en France avec l’ordonnance des Orfèvres de 1260 pendant le règne de Louis IX. Presque en parallèle est né le terme utilisé aujourd’hui pour ces poinçons en anglais « hallmark » qui provient de la London’s Goldsmith’s Hall of the Worshipful Community of Goldsmith, berceau des poinçons de Grande Bretagne. En cette dernière, un système de marquage légal des métaux précieux du XIIe siècle s’établit. Les poinçons anglais incluent un poinçon de pureté, une marque de l’organisme qui certifie, ainsi qu’une lettre qui indique la date et la marque du fabricant, l’ordre de tous les symboles est arbitraire. Entre 1798 et 1975, une couronne était le symbole utilisé pour représenter la pureté de l’or. En Écosse par exemple, un chardon était utilisé à ce propos.

Cependant, le poinçon le plus facile à reconnaître est le poinçon français qui est une tête d’aigle qui s’utilise depuis 1838 pour l’or de 18 carats. En France actuellement sont obligatoires deux poinçons : d’une part le poinçon du « Titre au millième », d’autre part celui de la marque de l’orfèvre. Le fabricant doit se faire reconnaître devant l’organisme chargé de la garantie et du registre de sa marque d’orfèvre. Les inspecteurs de cet organisme contrôlent la pureté et l’utilisation des différentes marques d’orfèvre.

Il est important de savoir qu’il existe beaucoup d’objets anciens non poinçonnés qui sont quand même fait avec en or, argent ou en platine de haute qualité. A certaines époques de l’histoire de la joaillerie les poinçons n’existaient pas encore, et quand ils existaient, beaucoup de bijoux (surtout en or) ne se poinçonnaient pas pour éviter les impôts correspondants même si il existait des contrôles moins vigoureux qu’à notre époque.

De nos jours le poinçonnage est strictement obligatoire. Dans le cas d’achat de bijoux actuels, le poinçonnage doit être présent avec la marque d’identification de l’origine (fabricant ou importateur) et de garantie (poinçon appliqué par un laboratoire officiel autorisé par la loi).

Important : Interor, site de rachat d'or et de bijoux, vient de lancer une section dans son site qui vous permet de vérifier tout poinçon sur un bijou grâce à la numérisation du dictionnaire Beuque des poinçons (Ici l’accès au dictionnaire de poinçons Beuque numérisé).Vous saurez ainsi très rapidement de quel époque date votre bijou.

Source : www.interor.fr/poincons-or-argent-dictionnaire

Sidebar