Faire du sport après une soirée arrosée : interview d’un spécialiste

La Team Spprovider est constituée essentiellement de  jeunes « warriors ». Pour eux aucune raison ne les a empêchés d'aller à leurs entraînements. Ni la grêle, ni les sauterelles, ni même les soirées étudiantes ont eu raison de l'envie de sport des jeunes de la Team SPP. Mais est-ce vraiment une bonne idée : pouvons nous gommer les excès de la veille avec un footing ? Une marche en montagne permet elle de chasser les toxines accumulés ? La fatigue peut elle s'en aller de façon magique grâce à un match de football avec les copains ?

C'est pour répondre à ces questions que nous avons rencontré Marc Roggeri, un ami masseur-kinésithérapeute et détenteur d’un maîtrise en ingénierie de la performance sportive.

“SPProvider : Marc, Que penses tu de l’entraînement le lendemain d’une soirée arrosée ?

Marc Roggeri : Personnellement je ne suis pas pour. C’est pourtant quelque chose que j’ai régulièrement pratiqué pendant mes études, jusqu’à me rendre compte du peu d’intérêt que cela présente.

SPP : Est-ce bon pour l’évacuation des mauvaises toxines ?

M.R : Si tu attends de l’entrainement qu’il compense tes excès de la veille, la réponse est claire : non. Il faut savoir que l’alcool est riche en sucres, que le corps va s’empresser de convertir en graisses. Et autant te le dire tout de suite, ce n’est pas avec le footing du lendemain que tu l’évacueras. Autre effet majeur de l’alcool, la déshydratation. Et c’est là tout le problème : tu es déjà déshydraté, et tu risques d’accentuer cet effet pendant ta séance. Une bonne hydratation sera probablement plus efficace qu’une séance d’entrainement sur ce point.

SPP : Doit on adapter sa séance, si l’on a pas d’autre choix ?

Si séance il doit y avoir, alors oui il faudra l’adapter. En premier lieu, il faudra apporter une attention particulière à ton hydratation, qui devra être plus importante que d’habitude. Il n’est pas indiqué de s’entraîner dès le réveil, alors que certains effets de la soirée peuvent persister, notamment l’alcoolisation. Attention à la blessure ! L’alcool et la fatigue augmentent le temps de réaction, diminuent la vitesse de contraction, la vigilance globale et musculaire, ce qui peut amener ton corps à n’avoir pas les réactions appropriées lors de ton entrainement. Il vaut donc mieux éviter les séances trop longues ou trop intenses, notamment le travail des appuis, le renforcement musculaire à  vitesse de contraction élevée ou à charge maximale.

SPP : Que peut-on attendre d’un entraînement dans ces conditions ?

Honnêtement, pas grand chose si ce n’est une satisfaction personnelle et le sentiment (illusoire) d’avoir compensé les excès de la veille. Le bénéfice semble donc limité, alors que le risque de blessure augmente. Plutôt qu’un entrainement spécifique à ton activité, il vaudra mieux préférer une bonne rando, ou une séance en piscine, moins traumatisante pour le corps.”

Merci Marc pour ces infos.

Mémos :

  • Attention aux entraînement trop intense le lendemain de soirées arrosées.
  • Buvez beaucoup, de l'eau évidemment.
  • en cas d'irrépressible envie de “sportiver” faîtes une ballade en montagne ou une session piscine.

Alors chers sportifs fêtards buvez de l’eau avant de vous coucher et récupérez, sautez votre séance du samedi matin !!

Alors faîtes attention samedi matin, le sport peut être dangereux quand il est mal pratiqué.

Fabien Vella

Merci à Marc Roggeri pour ces réponses.

Sidebar