Maison de retraite pour Alzheimer : ce que vous devez savoir

Décider du placement en maison de retraite d’une personne est souvent un crève-cœur. Pour les proches comme pour la personne concernée, la rupture est difficile à envisager et les sentiments contradictoires ne favorisent pas l’apaisement. Lorsque la personne est en plus atteinte d’Alzheimer, à la culpabilité s’ajoute l’inquiétude pour les proches d’une prise en charge optimale et adaptée à l’état du malade. Afin de vous éclairer sur les tenants et les aboutissants d’une telle démarche, nous dévoilons pour vous tout ce qu’il y a à savoir sur ses établissements de la seconde vie.

Le placement en maison de retraite, un choix bien souvent obligé

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodénégérative dont l’évolution laisse souvent les proches impuissants face à la régression de la personne atteinte. Voir cette dernière perdre petit à petit ses repères et ne pas pouvoir intervenir dans ce processus irréversible est extrêmement traumatisant. Avec le temps, la nécessité des soins devient constante et les aidants deviennent de plus en plus accablés ne sachant plus comment intervenir efficacement et rassurer le malade.

Intégrer une maison de retraite pour Alzheimer devient à ce moment une solution à envisager. Bien que la culpabilité puisse surgir et rendre difficile la prise d’une telle décision, il va de soi que le bien-être du malade est la priorité. En devenant pensionnaire d’une maison de retraite médicalisée, le malade atteint d’Alzheimer pourra évoluer dans un environnement spécialisé, suivi par des professionnels habitué à une telle prise en charge mais surtout envisager une vie sociale avec d’autres malades afin d’éviter l’exclusion.

Bien qu’étant un déchirement de quitter son domicile, il est capital pour les proches de parvenir à rassurer le malade quant aux changements de ses habitudes et le convaincre pendant qu’il en est encore capable, que cette admission est une décision favorable à son épanouissement.

Comment choisir l’établissement idéal pour le malade atteint d’Alzheimer

La famille en particulier peut ressentir ce placement en maison de retraite comme une trahison ou un abandon de la personne malade. Il est donc essentiel lorsque la maladie en est encore à ses débuts d’avoir une conversion sur les éventualités qui pourraient mener à un placement. Rassurer la personne sur le fait que la maison de retraite ne signifie pas une exclusion et que la famille restera toujours à ses côtés est essentiel pour lui permettre d’accepter la situation. Mais surtout, il est impératif de ne pas faire de promesses que vous ne serez pas en mesure de tenir lorsque l’état du malade ne sera plus gérable par vos propres soins.

Avant de porter votre choix sur un quelconque établissement, il est essentiel que vous procédiez à une vérification du lieu de vie de votre proche. Comment est la prise en charge du personnel ? Quels sont les services auxquels le malade aura droit ? Comment les repas sont-ils servis et de quoi sont-ils composés ? L’établissement est-il confortable et propose-t-il des activités aux résidents ? Si possible, passer la journée au sein de l’établissement vous permettra de vous faire une idée sur la qualité des services et ainsi atténuer le poids de la culpabilité.

Sidebar