Santé : Développer les comportements de prévention

La santé publique publie un nouveau blog avec des rapports accablants : obésité, malnutrition, addictions … Ces nombreux problèmes de santé publique peuvent être supprimés.
C'est pour cela que la santé publique publie les grands principes de prévention sanitaire.

L’éducation à la santé n’est pas un domaine nouveau mais plutôt  une « forme scolaire non disciplinaire » qui, aujourd’hui, trouve difficilement sa place dans les enseignements. À la fin du XIXe siècle, marqué par  l’hygiénisme, il était légitime que l’école, fondée sur des savoirs universels incontestables, transmette les règles de la bonne santé. Aujourd’hui, la première des difficultés est liée à l’absence de référence à un « universel » dans le domaine de la santé. Le rôle de l’école étant d’enseigner ce qui est reconnu comme commun, il n’y a pas de légitimité à transmettre ce qui, faute de certitudes scientifiques définitives ou d’interdits légaux, peut être considéré comme des opinions.

Si les matières scolaires (mathématiques ou histoire par exemple) font référence à des savoirs identifiés susceptibles de fonder leurs contenus (une discipline académique), ce n’est pas le cas l’éducation à la santé. À partir du moment où elle devient autre chose que la partie « appliquée » de la biologie humaine, elle perd toute légitimité scientifique. Sa légitimité est donc à trouver dans des pratiques sociales reconnues comme communes à un moment donné sans pour autant prétendre à l’universel. Le concept de pratiques sociales de référence consiste en la mise en relation des activités scolaires avec les situations, les tâches et les qualifications d’une pratique donnée.

Ensemble développons les bons comportements de prévention.

Sidebar