Pourquoi les métiers de la mécanique automobile ont de l’avenir

L’industrie automobile est souvent pointée du doigt comme néfaste pour l’environnement. Mais les matériaux, les procédés et les véhicules s’adaptent. Et de plus, dans notre province, avoir un véhicule s’avère souvent nécessaire! La demande existe toujours, bien qu’elle intègre des préoccupations environnementales. L’offre de véhicules légers s’adapte donc, et devient plus variée. Ce phénomène contribue au maintien de la santé du secteur, notamment par deux leviers :

1. Des prévisions de ventes de véhicules au beau fixe

Les ventes de véhicules au Canada et au Québec ont été très bonnes en 2012 : plus d’1.6 million de transactions. Les constructeurs et concessionnaires ont paré à la crise en proposant de belles promotions, et en améliorant les voitures pour coller aux attentes des Canadiens. De plus, ce secteur économique est cyclique, et nous sommes actuellement dans un cycle de remplacement des véhicules au niveau mondial. Enfin, les voitures hybrides/électriques sont de plus en plus autonomes, et rentables grâce au prix de l’essence. Les constructeurs y intègrent maintenant des éléments de design qui les rendent plus attractives. L’offre suit donc bien la demande.

2. Les besoins de formation

Les professionnels de l’industrie automobile, et en particulier de la mécanique, doivent être à jour sur les nouvelles technologies et les nouveaux produits. La formation, continue ou non, n’a jamais été aussi incontournable. Les écoles de mécanique automobile, associations professionnelles et autres entreprises l’ont bien compris. Il existe de plus en plus de possibilités de moderniser vos connaissances, et de rester à la pointe de votre secteur. Cela vous assure un avenir professionnel plein d’opportunités.

Un troisième facteur joue, qui garantit le maintien de la demande de main d’œuvre en mécanique automobile :

3. Le passage à la retraite de la génération « baby boomers »

Les garages, ateliers et concessionnaires vont devoir embaucher pour remplacer ces employés. Bien sûr, certains métiers sont encore mieux lotis que les autres. Les commis aux pièces notamment sont parmi les professions les plus en demande actuellement au Québec, grâce à l’activité commerciale, et au roulement élevé de main d’œuvre.

On observe donc une belle dynamique, chez tous les acteurs du secteur automobile au Canada. Une bonne résolution pour 2013 : vous lancer dans la carrière dont vous rêviez, il n’y a plus à hésiter!

Contactez l'École de l'automobile dès aujourd'hui pour plus de renseignements sur ses cours de mécanique automobile.

Sidebar