L’histoire de Marrakech

Si belle et si connue que le Maroc tout entier lui doit son nom. Ville impériale s'il en est, célèbre par sa place Jamaâ el Fna, ou encore sa mosquée de la Koutoubia et son minaret de 77 mètres de haut, le Palais Badii, ses jardins et bassins de la Ménara ou du Majorelle, ville phare des Almoravides, Marrakech a été fondée vers 1070. De ce long passé, Marrakech a conservé outre cette couleur ocre rouge qui lui va si bien, une atmosphère que rien ne peut mieux résumer que son surnom de ” Perle du Sud”. Entourée de remparts de près de 20 kilomètres de long, cette ville ne se livre qu'à ceux qui prennent le temps de l'appréhender…Elle a tant à offrir, et d'abord son cadre, au pied des sommets enneigés du Haut Atlas

La Biennale Arts in Marrakech, née en 2005 est le plus important rendez-vous d'art contemporain au Maroc. L'art contemporain a désormais un musée privé à Marrakech. Il s'agit du musée de la palmeraie, une initiative privée due au collectionneur et créateur de parfums Abderrazzak Benchaâbane. Au musée de la palmeraie le visiteur découvre un collection de peintures, de photographies

À Marrakech, les hivers sont souvent frais le matin, mais les températures y montent très vite en pleine journée pour atteindre les 18 degrés en moyenne. Par la suite, le mercure chute très vite en soirée, pour y atteindre les 7 degrés. Les étés quant à eux sont très souvent torrides, et il n'est pas rare de voir le mercure dépasser la barre des 40 degrés. Les orages éclatent la plupart du temps vers le mois d'octobre et novembre, car un vent humide et assez rare, le Herrûrco, apparaît en automne, pour y apporter pluies et orages. Quant à l'hiver, il est assez humide et il n'est pas rare qu'il pleuve plusieurs jours de suite. Les montagnes de l'Atlas qui cernent la ville sont enneigées de novembre à avril en moyenne.

Le récent engouement pour les riads, ces maisons traditionnelles marocaines articulées autour d'une cour centrale, a généré de profondes transformations sociologiques au sein de la médina de Marrakech, où le prix du m² a atteint des sommets. Ainsi, un nombre non négligeable et croissant de modestes ménages marrakchis se voit poussé par la spéculation à « s'exiler » en dehors des remparts. D'autre part, on observe un phénomène de densification de l'habitat au sein de la médina. Cependant, on est loin d'assister à une muséification de la médina, loin s'en faut. En réalité, le succès touristique croissant de Marrakech a durablement revigoré la médina en attirant de nombreux jeunes au sein des dédales de la médina. Ainsi, il semblerait que plus de 40 000 artisans y travaillent, répartis dans les différents quartiers thématiques organisant géographiquement la médina.

Sidebar