Baisse de production des crédits en 2012 : les crédits auto et moto sont les plus touchés

Les crédits à la consommation ont connu une baisse importante en France, en 2012. Le pourcentage de crédits souscrits a ainsi atteint son niveau le plus bas depuis 25 ans, soit 48,6 %. Les crédits auto et moto visant à acquérir un véhicule personnel ont été particulièrement impactés par ce mouvement, avec un recul significatif de 5,9 points par rapport à 2011. Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette baisse drastique ; le principal étant un environnement économique défavorable, découlant de la crise des dettes souveraines.

Un recours plus réfléchi et moins systématique aux crédits à la consommation

Confrontés à un contexte économique précaire, les ménages français ont fait montre d’une plus grande prudence à l’égard des crédits à la consommation en 2012. Inquiets par des taux de remboursement jugés trop élevés, de nombreux consommateurs ont décidé de renoncer à leurs projets de dépenses, notamment ceux qui concernaient l’achat d’une voiture ou d’un deux roues.

Selon le rapport publié en novembre 2012 par l’Observatoire des Crédits, le pourcentage des ménages estimant leurs charges de remboursement « beaucoup trop élevées » est passé de 3,8 % en 2011 à 4,9 % en 2012. Des chiffres éloquents, qui témoignent de la dégradation financière rencontrée par un nombre non négligeable de foyers en France et du pessimisme engendré par la fracture économique. Selon cette même étude, seuls 3,5 % des ménages envisageraient de souscrire un nouveau crédit à la consommation en 2013.

Parallèlement, la réforme du crédit à la consommation déployée par la loi Lagarde depuis 2010 a impacté l’adhésion aux crédits renouvelables au profit des prêts amortissables, tout en entraînant un grand nombre de résiliations des contrats de revolving.

Le crédit automobile boudé par les Français

Si la baisse de production des crédits en 2012 peut être considérée comme un phénomène global, celle-ci n’a pas impacté de la même manière les différents types de crédits. Alors que le pourcentage des crédits à la consommation destinés à financer l’achat d’un véhicule a connu une baisse importante, passant de 59,9 % en 2011 à 54 % en 2012, les crédits immobiliers ont enregistré une légère augmentation. Le taux de souscriptions de prêts pour l'acquisition de biens immobiliers est passé de 19,2 % en 2011 à 21 % en 2012. Les usages ont donc connu un recentrage important, engendrant  une diminution des dépenses qui ne répondaient pas à des besoins vitaux.

Sidebar