L’éventuel monopole de la Chine met en danger le marché de l’acier

Le marché de l’acier est frappé de plein fouet par une crise sans précédent qui s’avère être nuisible pour l’Europe. La Chine a largement réagi ces dernières semaines, ce qui pourrait entraîner un monopole particulièrement néfaste.

Les emplois sont largement menacés dans le secteur de l’acier européen

Le prix de l’acier pourrait sensiblement augmenter si le scénario le plus catastrophique se produit. Il faut noter que la Chine a un pouvoir très important sur le marché, elle a la capacité de fournir pratiquement 808 millions de tonnes. Sur le long terme, cette situation pourrait rapidement devenir préjudiciable pour tous les acteurs européens qui n’arrivent pas à se maintenir dans cette course effrénée. Les usines sont ainsi menacées, mais ce ne sont pas les seules, car une telle crise met aussi en danger tous les emplois. Les établissements ont été contraints de réduire au maximum leur effectif afin d’affronter cette crise sans précédent, mais la Chine a un monopole trop fort.

La Chine n’est pas invitée à respecter les mêmes règles concernant la production de l’acier

Si aucune mesure n’est prise dans le but de redresser la barre, il y a de grandes chances pour qu’une chute considérable soit observée. Les professionnels insistent sur le fait que c’est l’ensemble d’une économie qui menace de sombrer dans le néant. L'acier n’est pas le seul à être impacté par cette situation puisque la chimie ainsi que le verre sont logés à la même enseigne. Les spécialistes estiment que le contexte est encore plus dramatique, car sept secteurs sont sur le point de disparaître sur le sol européen. Si ce scénario inquiétant se produisait, le nombre d’emplois perdus serait considérable, cela aurait donc des répercussions nuisibles sur la France.

Les prix de l’acier seront augmentés si aucune décision n’est prise

Cette situation serait favorisée par une réglementation qui n’est pas identique pour tous les acteurs. L’Union européenne est contrainte de répondre à des normes précises qui sont à la fois problématiques et coûteuses. En parallèle, la Chine n’est pas confrontée à ce genre de difficulté, elle est libre d’agir sans pour autant se questionner sur l’impact de la pollution sur l’environnement. Ce n’est par contre pas le cas pour les concurrents qui sont soumis à des règles anti-pollution très strictes. Ils sont donc nombreux à prôner une mise en place d’un cahier des charges précis pour l’ensemble des acteurs du marché de l’acier.

L’Europe a besoin d’être épaulée dans cette situation difficile

Un autre problème de taille pourrait aussi être identifié prochainement, car le potentiel monopole de la Chine aurait une conséquence directe sur les prix de l’acier. Ces derniers seraient susceptibles de connaître une hausse non négligeable qui pousse tous les professionnels à sortir de leur tanière afin de taper le poing sur la table. Les autorités compétentes sont ainsi pointées du doigt surtout lorsqu’elles accentuent leur politique autour de l'industrialisation de l’Europe alors que ce secteur n’est absolument pas protégé en parallèle.

Sidebar