Que faire de plus pour atteindre la liberté financière ?

C’est scandaleux et passionnant à parts égales. Si le concept d’indépendance financière a quelque chose chose d’intéressant, c’est qu’il ne laisse personne indifférent. Il y a ceux qui y croient et s’y emploient, et il y en a qui le considèrent si utopique qu’ils s’en offusquent simplement en l’écoutant.

L’indépendance ou la liberté financière est le moment où vous n’avez plus besoin d’un emploi pour vivre

Locations, fonds d’investissement, dividendes… Votre salaire est payé par vos actifs plutôt que par une entreprise ou l’Etat. La grâce de tout cela est d’y parvenir avant de passer la moitié de votre vie enfermé dans un bureau. Cette question de l’indépendance financière semble pertinente, mais je suis sûr que je n’ai pas tort si je dis que vous pensiez plutôt à la question à un million de dollars : « est-ce possible pour le citoyen moyen ou est-ce que ce n’est qu’un écran de fumée ? »

Pour savoir s’il est possible d’atteindre la liberté financière, nous devons comprendre comment on y parvient. Sans entrer dans les détails techniques, nous verrons quelles sont les étapes avec lesquelles, sur papier, nous pourrions atteindre cet objectif.

1. Economiser une grande partie du salaire, beaucoup plus que la moyenne française

Pour avoir un bon patrimoine, la première chose à faire est d’accumuler de l’argent. Beaucoup d’argent. Les partisans de cet objectif nous disent que nous devons économiser au moins la moitié de notre salaire. C’est si nous voulons atteindre l’indépendance financière dans un délai raisonnable, 15 ou 20 ans.

Pour y parvenir, la frugalité et le minimalisme deviennent des modes de vie presque essentiels. Bien que nous soyons d’accord sur le fait que de nombreuses personnes pourraient améliorer les finances de leur ménage, l'emprunt immobilier, les enfants et le coût de la vie dans les grandes villes font qu’il est impossible pour de nombreuses familles d’épargner de telles sommes. Par conséquent, l’indépendance financière exige un niveau d’épargne qui ne peut être atteint que par ceux dont le revenu est important.

2. Investir l’argent épargné, mais en prenant des risques

Après avoir économisé l’argent, il est temps de l’investir pour le faire fructifier. Pour beaucoup, la première option est d’aller à la banque et de le mettre dans un dépôt. Bien entretenu et avec un risque minimal. Mais il y a un petit problème : les banques ne donnent presque rien pour leur laisser en dépôt votre argent.

Peu importe le montant que vous épargnez, avec un dépôt de 0,1 %, il sera très difficile d’atteindre l’indépendance financière. Pour cette raison, les personnes qui veulent atteindre cet objectif sont obligées d’investir en prenant des risques. Sans risques, pas de gloire, disent-ils. Alors examinons d’autres options de placement intéressantes.

La brique ou plus exactement l’immobilier a toujours attiré les ménages. Quand ils en avaient les moyens, beaucoup de nos parents et grands-parents choisissaient d’acheter un appartement comme investissement. Un bien tangible qu’ils pourraient utiliser. Cette culture prévaut toujours parmi ceux qui veulent atteindre la liberté économique. Les biens immobiliers sont achetés pour être loués et pour obtenir des loyers. L’idée est que ces revenus dépasseront un jour les dépenses et alors plus besoin de travailler.

Une autre stratégie d’investissement courante consiste à acheter des actions de sociétés qui paient des dividendes depuis longtemps. C’est-à-dire des entreprises qui donnent habituellement une grande partie de leurs bénéfices à leurs actionnaires. Coca-Cola et Johnson & Johnson aux États-Unis ou Air Liquide en France en sont des exemples. Au début, ces dividendes ne représentent que quelques cents par an, mais, s’ils sont réinvestis de façon récurrente, diversifiée et fructueuse, ils peuvent un jour être équivalents à un salaire.

Enfin, les fonds d’investissement sont aussi une solution. Et en particulier, les fonds d’investissement indexés, des fonds dont l’objectif est de répliquer un indice boursier. C’est comme investir dans l’ensemble du marché plutôt que de laisser un gestionnaire choisir une action à la fois.

Cette stratégie est connue sous le nom de gestion passive et comporte plusieurs éléments qui plaisent aux nouvelles générations : simplicité, faibles commissions et, depuis l’arrivée des conseillers en robotique et autres applications d’intelligence artificielles, ils font partie des stratégies de placement de plus en plus populaires auprès de ceux qui veulent atteindre la liberté financière.

Il y a d’autres façons d’investir pour devenir financièrement libre mais elles ont toutes un dénominateur commun : investir à long terme pour surmonter l’inflation ennemie et obtenir des rendements qui peuvent être convertis en loyers ou revenus récurrents.

3. Laisser le temps passer et laisser filer les choses comme prévu

Eh bien, si nous devions réaliser une épargne très élevée et l’investir sur le long terme, ce qui n’est pas facile du tout, nous devrions simplement laisser passer le temps et prier pour que tout se passe comme prévu. Au cours des 15/20 ans prochaines années, beaucoup de choses peuvent se produire qui vous empêchent d’atteindre l’objectif que vous vous êtes fixé. Difficultés de travail, problèmes de santé, faible rentabilité, etc…
Ce sera presque un miracle si vos voeux s’exaucent. Bien que, qui sait, ce soit plus probable qu’un revenu décent lorsque nous atteindrons l’âge de la retraite, sans compter qu’il faut maintenir un niveau d’épargne très élevé pendant toutes ces années. Au-delà de la difficulté de l’exploit, ce mode de vie peut soulever de sérieux doutes pour ses adeptes.

Est-ce que je sacrifie trop du présent pour un avenir incertain ? Vais-je finir par être le plus riche du cimetière ?

En conclusion : l’indépendance financière est une réalité, mais pas pour tout le monde !

À notre avis, après avoir creusé un peu le sujet, la conclusion est que l’indépendance financière peut, et je le répète, peut être une réalité. La théorie a tout le sens du monde, mais dans la pratique, seuls quelques-uns seront capables de l’atteindre. Il faut une combinaison de revenus élevés, d’austérité de gestion personnelle, de tolérance au risque et beaucoup de constance pour avoir une chance. Malheureusement, le premier critère de l’équation, le revenu, exclut déjà la plupart des familles de notre pays.

Malgré tout, indépendamment de l’objectif de liberté financière, les mêmes mesures modérées pourraient améliorer la situation financière de nombreux ménages.

Augmenter l’épargne autant que possible et investir à long terme pour lutter contre l’inflation ne semble pas tiré par les cheveux. Nous n’atteindrons peut-être jamais la liberté financière, mais beaucoup d’entre nous ont le temps d’améliorer notre économie actuelle et future.

Sidebar