Quel est l’impact d’une stratégie web pour une entreprise ?

A l'heure de la e-réputation,  bon nombre d'entreprises savent que leur identité numérique s'inscrit désormais au coeur de leur image institutionnelle. Depuis quelques années maintenant, cette image se décline en stratégie marketing, notamment au sein des médias sociaux. Certain nomme cela une “e-stratégie” ou du “e-marketing”.
Quelque soit leur activité, leur coeur de cible ou même leur taille salariale, ces entreprises ont opté pour une e-stratégie élaborée auprès de professionnels du web. Nous avons rencontré l'un d'entre-eux : Monsieur Frédéric Hinix, qui a pour originalité de se présenter comme étant un “accompagnateur du web”.

Frédéric Hinix, bonjour et merci d'accepter cette interview.

“Bonjour et merci à vous !

Vous vous présentez comme étant un accompagnateur du web. Comment est né ce titre ?

Lorsque j'étais enfant, j'ai eu la chance de vivre dans un village de montagne en Savoie qui organisait des randonnées découvertes, encadrées par des personnes que l'on nommait “accompagnateur en montagne”. Pour avoir fait plus d'une randonnée avec eux, j'ai pu apprécier leur manière de vivre leur passion et de la faire partager… Un accompagnateur organise l'itinéraire avec les randonneurs, en fonction de leur niveau et d'un objectif qu'ils définissent ensemble. C'est ce que je m'applique à faire avec les entrepreneurs et ce de manière personnalisée et confidentielle.

Que proposez-vous exactement en votre qualité d' accompagnateur du web ?

De viser une stratégie web optimisée, c'est à dire de tout mettre en place pour qu'une entreprise soit tout d'abord reconnue par les moteurs de recherche, puis qu'un site web puisse devenir “fournisseur officiel du chiffre d'affaire” de l'entreprise et ce, même s'il ne s'agit apparemment pas d'un site e-commerce.

Être reconnu par les moteurs de recherche, vous pourriez nous en dire plus ?

Avoir un site web est une chose, faire en sorte qu'il puisse apparaitre en page-une d'un certain nombre de mots-clefs spécifiques en est une deuxième, pouvoir démultiplier ce positionnement en est une troisième. L'exemple de la boutique située dans une impasse, d'une rue isolée d'une ville est souvent cité. On compare souvent le site web à une vitrine, pour une entreprise. Si elle est dans une rue isolée, elle ne risque pas d'être vue. Puis lorsqu'elle est vue, il ne suffit pas que les personnes passent devant, en faisant du “lèche-vitrine”. Il faut aussi les inviter à entrer dans la boutique puis faire en sorte qu'elles puissent avoir envie d'en savoir plus, ou d'acquérir pour un positionnement e-commerce.

Comme je le disais tout à l'heure, ma principale mission reste de faire en sorte qu'une entreprise puisse avoir un positionnement web qui nourrissent, d'une manière positive et concrète, son chiffre d'affaire.

Auriez-vous un exemple concret à citer, Frédéric ?

En septembre 2008, j'ai été contacté par le dirigeant d'une entreprise spécialisée dans l'énergie verte (pompe à chaleur, photovoltaïque, etc). Il avait mis en place un site web depuis plus d'un an, mais ce dernier avait assez peu de visiteur et très peu de sollicitation de contacts. Ce dirigeant m'a mis au défi de changer cela.

Ce dirigeant et moi-même avons commencé par refondre le site web, dans sa quasi-totalité. Charte graphique et charte rédactionnelle ont été revues. L'objectif étant, comme je le disais tout à l'heure, de faire en sorte d'inviter à entrer dans la boutique et non pas de rester devant la vitrine. Pour cela, j'ai proposé de mettre en place deux outils spécifiques qui permettent de canaliser le flux des visiteurs. Ces outils favorisent une meilleure interactivité du site et donc un meilleur taux de transformation entre les visites et les sollicitations de renseignement puis la prise de rendez-vous d'intérêt commun.

Une fois le site web refondu, j'ai proposé que l'on travaille non seulement le référencement naturel du site-  afin d'optimiser son positionnement sur les moteurs de recherche –  mais aussi que l'on puisse communiquer autour de l'activité de l'entreprise, par le biais d'un blog. J'ai également proposé le développement d'une notoriété, d'une visibilité accessible et d'une e-réputation à travers différents forums, puis par la suite, à travers une présence sur des réseaux sociaux sélectionnés de manière personnalisée.

Quelles ont été les résultats constatés, Frédéric ?

Huit mois après le dirigeant m'informait que ce positionnement web avait alimenté pour environ trente-cinq pour-cent du chiffre d'affaire de son entreprise, lors du dernier mois en cour.”

Merci à Monsieur Frédéric Hinix pour toutes ces précisions et pistes qui amènent une réflexion enrichissante sur le positionnement d'une entreprise sur internet.

Interview réalisée par Solange Courreau (Solange-Courreau@gmx.fr)

Sidebar