La Cité Internationale de Lyon avec ses 30 ans d’aménagements

La cité internationale de Lyon, située au nord de la métropole entre le parc de la Tête d'Or et le Rhône, est un pôle attractif majeur de la ville, tant d'un point de vue culturel et touristique qu'économique.

1984 /2014 : 30 ans d'aménagements

Le quartier a vu le jour sur le site de l'ancienne foire de Lyon, qui déménage en 1984 pour la banlieue périphérique, à Eurexpo. L'année suivante, le maire de l'époque organise un concours international pour lancer un projet d'urbanisme à cet emplacement. Il est remporté par l'architecte Renzo Piano, qui coordonnera l'ensemble des travaux.
Piano est un architecte d'origine italienne, dont l'agence est particulièrement connue pour avoir réalisé l'aéroport international d'Osaka au Japon, l'auditorium de Rome, la Maison Hermès à Tokyo ou plus récemment le palais de Justice de Paris.

L'architecte italien pense un projet initial dans lequel l'ancienne foire devait être conservée et réhabilitée. Il modifiera son projet quelques années plus tard par soucis d'économie et les bâtiments seront finalement rasés. Seul un élément sera conservé et réhabilité, lieu actuel du Musée d'Art Contemporain lyonnais.
Renzo Piano s'adjoindra les services du paysagiste Michel Corajoud. Ensemble, ils réussiront à donner naissance à un nouveau quartier à Lyon, dynamique, esthétique, intemporel et attractif. Les travaux commencent en 1993, et se poursuivent jusqu'en 2006. En 1996, le site accueille le sommet du G7, « baptême international » pour le lieu.

Depuis peu, une nouvelle passerelle piétonne et cycliste enjambe le Rhône et relie le quartier de la Cité Internationale à celui de « Saint Clair », sur la commune de Caluire. Elle a été inaugurée en mars 2014. Baptisée « passerelle de la Paix », elle permet aux habitants de profiter des atouts respectifs de chacun des quartiers. Le quartier de « Saint Clair » est notamment doté d'un pôle hôtelier et tertiaire, ainsi que de nombreux commerces de proximité.

C'est le père lyonnais Max Bobichon qui a choisi le nom de « passerelle de la Paix ». Ce religieux a œuvré sa vie durant pour le rapprochement entre les catholiques, musulmans et juifs. La passerelle est constituée d’un cheminement haut dédié aux modes doux (marche et vélo), tandis qu'un cheminement bas a été pensé réservé aux piétons. Au centre du pont, les cheminements se rejoignent en un belvédère aménagé de bancs propices à faire une pose et contempler le Rhône.

Un pôle d'affaires, de culture, de tourisme

L'ensemble immobilier rassemble aujourd'hui de nombreux bureaux disponibles à la location, des lieux de réunion pour séminaires, et le Palais des Congrès. Le Musée d'art contemporain, un casino, un cinéma, un grand amphithéâtre de 3000 places, surnommé justement « La salle 3000 », et la proximité avec le parc de la tête d'Or, attirent tant les lyonnais que les touristes.
L’hôtel Hilton, l’hôtel Crown Plaza, une résidence d'affaires, permettent d'offrir différentes possibilités d'hébergement aux visiteurs. Par ailleurs, cinq pavillons d’habitation et une crèche municipale viennent compléter ce quartier, organisé autour d'une rue piétonne semi couverte.

Parfaitement desservie par de nombreuses lignes de bus et idéalement situé à proximité du périphérique lyonnais, la cité internationale ne se trouve qu'à 35 km de l'aéroport Saint-Exupery.

Sidebar