Carnaval de Nice : entre démesure et traditions

Le carnaval de Nice bat son plein sur la promenade des Anglais et au coeur de la vieille ville jusqu’au 1er mars. Pendant trois semaines cette célèbre manifestation attirera des milliers de touristes venus fêter “le Roi de la Musique” qui a été retenu comme thème en 2015. Pendant des mois les carnavaliers, professionnels et bénévoles ont rivalisé d’imagination dans les ateliers pour créer les chars et les costumes pour que cette année encore la joie et l’émerveillement puissent allumer des étincelles dans les yeux des petits et des grands.

Le carnaval innove

Devenu une institution qui ne cesse d’attirer et de retenir l’attention, la ville de Nice cherche à innover chaque année pour que chacun puisse se sentir concerné par cette fête. Ainsi la tradition se mêle à des événements parallèles comme la “Nice carnaval run”, une course où chacun se doit d’être déguisé,  l’occasion d’une parade où chacun peut hisser haut son drapeau personnalisé, la grande tendance du moment.

En innovant, le carnaval devient le temps des échanges, 800 enfants des écoles publiques interviennent sous le drapeau français pour célébrer ce temps de fête et d’explosion de joie, 1000 musiciens venus du monde entier font trembler la ville au son d’une musique endiablée qui invite à la danse. La première parade gay est également au programme de cette année 2015.

Musique cosmopolite et bataille de fleurs

Cette année, le roi carnaval est musicien et s’accroche à sa guitare, il est cosmopolite et plein d’humour, ce qui ne l’empêchera pas d’être immolé sur la mer ainsi que le veut la tradition, le dernier jour du carnaval. Courte vie bien remplie puisqu’il aura entraîné dans son sillage le vent de folie que chacun attend avec une ferveur jamais entamée, dans cette envolée de fleurs qui fait la particularité entre autres, du carnaval niçois.

En ce temps du mimosa, les gerbes d’or odorantes vont venir garnir les chars et couronner les jeunes vestales aux paniers remplis de cette production unique dont s’enorgueillit la région : gerberas, oeillets, roses, gardenias, lilium, qui sont à 80 % issues de production locale. Les chars croulent sous la décoration fleurie tandis que des beautés vêtues de plumes et de paillettes lancent des bouquets à la foule qui attend avec impatience cette “bataille de fleurs”.

La courte vie d’un géant

Carne vale” Enlève la chair, dit l’origine du mot carnaval qui succède au carême et à ses restrictions.

Le carnaval reste dans toutes les civilisations un temps où la démesure est atteinte.

Démesure des attitudes, du bruit, des costumes, des festins et aussi démesure des personnages. C’est ainsi que les géants reprennent vie, l’espace de trois semaines sur la promenade des anglais. La courte vie d’un géant, le roi de la musique, s’achèvera avec un feu d’artifice sur la baie des Anges au moment où il s’enflammera avec sa guitare, pour mettre fin à ce temps de liesse qui annonce le printemps.

Sidebar