Pourquoi le vin naturel est attaqué de toute part ?

Il ne fait pas bon être un viticulteur de vin naturel en ce moment. Ce n’est pas la vendetta non plus entre les partisans et les détracteurs mais ça y ressemble un peu. Un vent de révolte se lève pour critiquer ces vignerons qui ont fait le choix de produire des vins sans produits chimiques.

Pourquoi les producteurs de vins naturels font peur aux autres vignerons ?

  • Le vin naturel fait peur car il est à la mode. Le mot nature est tendance et aujourd’hui, on l’oppose aux méthodes intensives de production qui nous feraient perdre le goût du vin. Ces producteurs et commerçants utilisent un vocabulaire qui en fait hurler plus d’un avec les mots “ équitable”, “artisanal”, ou encore “agriculture responsable” et qui font écho aux peurs des vignerons traditionnels.vin-naturel-dmoz-fr

  • Notre société est en pleine rupture et cherche de nouveaux repères pour s’adapter aux changements. Cela se concrétise aussi dans l’assiette et le verre avec un renforcement de la sécurité agroalimentaire et de nouvelles agro-stratégies pour consommer responsable et durable. .

Qu’est-ce qui pousse les vignerons à se tourner vers le vin naturel ?

  • Le refus des excès : En réaction aux excès engendrés par l’industrie du vin qui se serait perdue dans le chimique et l’intensif, et qui nous ferait perdre le véritable goût du vin. Les viticulteurs de vins naturels veulent prendre le contre-pied de cette attitude qu’ils jugent passéiste .

  • L’authentification : La volonté de changer profondément et radicalement l’approche des méthodes de vinification. Ces viticulteurs sont de plus en plus nombreux et ils témoignent à la fois de leur amour du vin et de la terre ainsi que de procédés naturels qu’ils portent aux nues.

Pour faire face à cette pression de la viticulture intensive, une question se pose : faut-il réglementer l’appellation vin naturel ? Pour calmer le jeu, certains pensent qu’il faut réglementer l’appellation vin naturel pour, à la fois lui donner ses lettres de noblesse, et ainsi éviter les charlatans .

L’INAO, l'Institut national de l'origine, s’est penché sur ce dossier car actuellement la mention “vin naturel” ne peut pas figurer sur les bouteilles.

L’objectif est double :

  • à la fois rassembler les viticulteurs qui le souhaitent autour de cette dénomination et arriver à une définition d’un label pour éviter ainsi tous les amalgames avec d’autres vins et ainsi donner des lettres de noblesse au vin naturel.

  • Ne plus cacher au consommateur ce qu’il boit dans son verre : C’est une bonne méthode pour lutter contre la pression de la viticulture intensive et de ses ajouts chimiques. Le vin naturel est un vin sans engrais ni pesticides de synthèse, c’est un vin qui fait l’impasse sur 99% des additifs autorisés. Plus question de ce que l’on appelle des intrants chimiques pour élaborer son vin et qui de toute façon finiront dans le verre du consommateur. Le zéro-additif est l’objectif idéal.

Justement, il faut aussi se mettre aussi à la place du consommateur-dégustateur de vin.

Pas toujours facile pour lui de reconnaître un vin naturel d’un autre. De plus sans appellation légale encore définie, il doit faire confiance à son viticulteur, à son discours sur son processus de création libéré du carcan des appellations standards.

Sidebar