Comment bien acheter son véhicule d’occasion

L’Association des marchands de véhicules d’occasion du Québec estime que plus de 2000 véhicules d’occasion sont vendus chaque jour dans la province. Et toutes ces transactions ne se déroulent pas comme les acheteurs l’aimeraient. Voici donc une liste des erreurs ou idées préconçues les plus courantes lors d’une vente d’occasion, assortie de quelques conseils utiles.

Admettons que vous ayez trouvé un véhicule qui vous plaît, à un prix acceptable, et que vous songez à l’acquérir. Assurez-vous d’abord de vous poser les bonnes questions et de connaître vos droits.

1. Je n’ai aucun moyen de vérifier les antécédents du véhicule si le vendeur ne les connaît pas.

FAUX. Il est d’ailleurs conseillé de vérifier les points suivants :

–          Le véhicule a-t-il été volé?

–          A-t-il subi un accident, été reconstruit?

–          Qui était l’ancien propriétaire?

–          Est-ce un véhicule sous hypothèque?

Le registre des droits personnels et immobiliers du Québec peut vous fournir des informations. Vous pouvez également demander un « CarProof », un historique du véhicule, moyennant des frais.

2. J’ai essayé le véhicule, tout me semble normal, donc je peux l’acheter.

FAUX. Le véhicule peut se révéler être un « citron », soit comporter des vices cachés. Il existe plusieurs moyens de les découvrir :

–          Examinez minutieusement le véhicule. Si vous n’êtes pas un professionnel en mécanique automobile, amenez un ami spécialiste avec vous. Prêtez une attention particulière aux traces de rouille.

–          En plus d’un examen approfondi, si vous avez encore des doutes ou n’avez pas pu tout vérifier, faites effectuer un examen par un technicien. Notez bien ses remarques, ou mieux, demandez une estimation écrite. Cela vous aidera à négocier le prix d’achat à la baisse, voire à abandonner le processus.

Dans tous les cas, un essai routier et un examen approfondi par un professionnel sont vivement conseillés. Appelez vos amis mécaniciens, estimateurs ou même commis aux pièces!

3. Si le vendeur me propose une garantie, il est bon que je la prenne.

Pas nécessairement. Vous devez d’abord vérifier si elle est fiable et réglementaire.

Pour information, l’Office de la protection du consommateur du Québec prévoit que tout véhicule de moins de 5 ans bénéficie d’une garantie de bon fonctionnement. Il existe d’autres recours pour les voitures plus anciennes. Si vous achetez auprès d’un fabricant, la garantie originelle est transférable, renseignez-vous donc pour savoir si elle a encore cours.

4. La seule étape administrative lorsque j’achète une voiture d’occasion, c’est l’immatriculation.

VRAI. Toutes les autres étapes ne sont pas des obligations, mais des conseils, que vous seriez fort avisés de suivre afin de vous protéger ! Pour immatriculer le véhicule, contactez la SAAQ.

Contactez l'École de l'Automobile dès aujourd'hui pour plus de renseignements sur ses cours de mécanique automobile.

Sidebar