Devenir journaliste de la mode, quel profil vous faut-il ?

Passionnés de mode, les professionnels chargés de la promouvoir ont souvent des profils atypiques.

Les débouchés étant limités, seuls les plus motivés et les plus persévérant parvienne à percer après avoir multiplié des artifices de stages et postes d’assistant. L’expérience est le seul moyen d’étoffer un précieux carnet d’adresses. Si les mannequins n’ont pas besoin de formation pour exercer, un diplôme facilite l’accès à l’emploi des attachés de presse, des journalistes et des photographes de mode. De bac +2 à bac +5, tour d’horizon des formations les plus reconnues.

Les écoles de journalisme

Pour être journaliste, aucun diplôme n’est exigé. Néanmoins, la commission d’attribution de la carte de presse distingue 11 écoles reconnues par la profession : à Paris, le CFJ, L’IPJ et le CELSA ; en province, l’ESJ à Lille, le CUEJ à Strasbourg, l’EJCM à Marseille, l’EJT à Toulouse, l’ICM à Grenoble, les IUT de Tours, Bordeaux et Lannion.

Trois des formations reconnues se situent à bac +2 : les DUT journalisme de Tours et de Bordeaux. Des études « courte », en apparence, puisque beaucoup d’étudiants entrent avec un niveau supérieur au bac.

Les autres se situent à bac +4 ou +5 et sont accessibles sur concours. Polyvalentes, elles permettent, après 2 ans d’études en fac ou en école, de travailler sur tout média pour devenir ensuite journaliste de mode. Cette formation donne aussi accès aux monde du journalisme en générale ils pourront couvrir également des événements privé comme un mariage ou bien encore à la une du 14 juillet le célèbre feu d’artifice.

Le DUT de journalisme

Les IUT de Tours, Bordeaux et Lannion (22), tous les trois reconnus par la profession, forment en deux ans après le bac ou en un an post-bac +1 ou 2, l’accès est uniquement sur dossier et épreuves écrites.

 

Sidebar