Eduquer et former son cerveau ?

Nombreux sont ceux qui s'inquiètent de leur santé en général, de celle de leurs facultés mentales en particulier. Pour peu que nous avancions en âge, des doutes s'installent parfois durablement. Et nul besoin d'être « vieux ». Certains s'inquiètent dès l'âge de quarante ans ! Nous pouvons pourtant dès à présent œuvrer pour en retarder les éventuels effets. Des facultés bien entretenues sont un gage de résistance aux diminutions mentales.  VR2 Formation vous invite à réfléchir sur la question.

Plus on vieillit, plus on oubli ?

Beaucoup pensent que nos facultés déclinent systématiquement avec l'âge. D'ailleurs, vous souvenez-vous de ce que vous avez mangé hier à midi…? Rassurez-vous, ce genre « d'oubli » momentané est fréquent et normal. D'après un groupe de spécialistes, la majorité des pertes de mémoire résultent simplement d'un manque de stimulation ». Si nous nous appliquons à utiliser régulièrement et sainement nos facultés mentales, nous retardons, voire nous empêchons, le déclin cognitif.

Ceci soulève aussitôt une question : quelle quantité d'informations le cerveau humain peut-il emmagasiner ? Parmi les capacités et fonctions du cerveau, la mémoire. « La mémoire n'est pas un récipient qui se remplit graduellement, explique Peter Russell ; elle ressemble plutôt à un arbre dont les branches se terminent par des crochets auxquels on suspend ses souvenirs. Chaque souvenir constitue lui-même un groupe de crochets auxquels on pourra attacher d'autres souvenirs. La capacité de la mémoire ne cesse donc d'augmenter. Plus on en sait, plus on peut en savoir. »

Donc nous sommes tous des génies ?

Cela veut-il dire que nous sommes tous des génies en puissance, supposés disposer gracieusement de potentiels énormes ? Oui… et non. Comme bien souvent, des résultats et des capacités existent bel et bien mais moyennant quelques efforts. Notre cerveau conserve une vitalité intacte tout au long de notre vie à condition que nous nous en servions. Un chercheur suggère : « [Pratiquez] n'importe quelle activité qui fasse travailler votre cerveau » . Et il recommande de regarder le moins possible la télévision. « Quand vous êtes devant la télévision, votre cerveau est au point mort », explique-t-il.

Dans la pratique, pour conserver notre vivacité d'esprit, il s'agit de choisir des occupations qui amènent à réfléchir. Ce peut être étudier une langue étrangère, apprendre à jouer d'un instrument de musique, jouer au bridge, aux échecs ou tout simplement avoir des conversations riches et stimulantes. A ce dernier point s'ajoute alors le phénomène de lien social, élément clef dans la préservation des facultés.

Utiliser son cerveau au mieux durant sa vie est probablement le meilleur moyen de se protéger contre la maladie mentale. Lire, écrire et calculer est peut-être ce qui convient le mieux pour protéger votre cerveau contre la dégénérescence. En d'autres termes, il faut faire travailler son cerveau, c'est le meilleur exercice que l'on pourrait recommander aux personnes qui craignent, un jour de perdre la mémoire ou d'avoir une maladie mentale. Notre cerveau se doit d'être utilisé, plus on le fait travailler et meilleur c'est pour notre santé mentale. Désormais, si vous voulez rester en bonne santé, vous savez ce qu'il vous reste à faire. Vous n'avez plus d'excuse !

Sidebar