La reglementation protectrice des passagers aériens

Droit aérien : Connaissez-vous les règles applicables en Europe ?

Au moment de se rendre à l’aéroport à destination de son lieu de vacances ou d’un rendez-vous professionnel, chaque passager peut craindre que son avion subisse une annulation, un retard important ou encore un surbooking.

En effet, 3% des passagers en Europe subissent un retard à l’arrivée à leur destination finale de plus de 3 heures.

Le réflexe est alors automatique :

–         Quels sont mes droits ?

–         Ai-je droit à un remboursement partiel ou total ?

–         Ai-je droit à une indemnisation ?

Sur le coup, la motivation est forte : écrire une lettre de réclamation au service client de la compagnie, saisir une association de consommateurs, porter plainte, aller en justice, prendre un avocat pour obtenir un dédommagement.

Mais le découragement arrive rapidement en raison de le refus des compagnies aériennes et de leur mauvaise foi, qu’il s’agisse des compagnies historiques (Air France, British Airways, Iberia, Lufthansa, KLM, Alitalia), des low cost (Easy Jet, Ryanair) ou des compagnies non européennes (American Airlines, Delta, Qatar Airways, Emirates, Air Algérie).

Une solution innovante existe pourtant : confier l’intégralité de sa demande à la société experte en droit aérien, SKYMEDIATOR, de la réclamation préalable à la saisine d’un avocat pour porter l’affaire en justice.

Le principe est sans risques pour les passagers  :

–         Aucun frais à prendre en charge,

–         SkyMediator n’est rémunérée qu’à la performance à hauteur de 20% TTC de l’indemnisation obtenue.

Toutes les conditions et règles de droit sont expliqués sur le site

Pour confier un dossier à SkyMediator, il suffit de compléter un formulaire en ligne sur le site Internet. Toutes les réclamations pour les vols de moins de 18 mois sont  éligibles

L’offre est ouverte à tous les pays européens (Angleterre, Allemagne, France, Italie, Espagne etc.).

Météo, grève, problème technique, retard dans les rotations, sécurité des passagers… les excuses des compagnies sont nombreuses et il est nécessaire de disposer de l’expérience nécessaire pour les combattre et ne pas se faire abuser.

Les dédommagements forfaitaires susceptibles d'être exigées sont les suivantes : 250, 400 ou 600 € en fonction de l distance du vol. Peuvent s'ajouter les frais de restauration et d'hébergement pendant la période d'attente. Cette réglementation est applicable à tous les vols au départ d'un aéroport européen et à tous les vols à destination de l'Europe s'ils sont effectués par un compagnie européenne.

Sidebar