Doit-on faire vérifier ses extincteurs?

Vous avez sûrement repéré à l’intérieur de locaux professionnels ou dans des boutiques ces cylindres rouge suspendus en bas d’un mur avec un embout en forme de pistolet : ce sont les extincteurs qui permettent d’éteindre rapidement un début d’incendie et sont obligatoires dans certains lieux accueillant du public. Ces appareils obéissent à une réglementation spécifique et nécessitent évidemment un entretien régulier. Voici quelles sont les obligations en la matière.

Les différents types d’extincteurs

Vous ne le savez peut-être pas mais il existe différentes sortes d’extincteurs qui ne sont d’ailleurs pas destinés au même usage, ou plus précisément ils n’éteignent pas tous le même type d’incendie. La vérification extincteur ne sera pas non plus la même selon le type de produit.

Le dispositif le plus simple est l’extincteur à eau pulvérisée. Il s’agit d’un cylindre rempli d’eau sans aucun autre additif et doté d’un système de pulvérisation qui peut être permanente ou manuelle, activée par la pression. L’avantage est de ne laisser aucun résidu ni pollution après avoir été utilisé.

Il existe également des extincteurs à poudre qui peuvent être utilisés pour lutter contre un feu de classe A, B, C et D. Les extincteurs à poudre de classe ABC utilisent du sulfate d’ammonium et du monophosphate d’ammonium. En revanche, les extincteurs à poudre BC agissent par étouffement des flammes et contiennent de l’hydrogénocarbonate de potassium, du sulfate de potassium ou encore du chlorure de potassium et du carbamate d’ammonium, ainsi que des additifs à fonction hydrofuge. Ces derniers ne sont pas adaptés à un usage dans les locaux d’habitation. Enfin, ceux de la classe D sont composés d’additifs spécifiques qui les rendent efficaces contre les incendies d’éléments métalliques et c’est pourquoi ils sont surtout utilisés dans l’industrie.

Enfin, la dernière catégorie d’extincteur est celle contenant du CO2 et ces extincteurs sont uniquement autorisés sur des liquides inflammables. On les trouve donc souvent dans des salles informatiques, des industries chimiques et dans tous les lieux où l’extinction du feu ne peut pas laisser de résidus.

La fréquence de la maintenance

La maintenance est toujours préventive et la première chose à faire consiste en un contrôle visuel qu’il est raisonnable d’effectuer tous les 3 mois. Cela demande seulement de s’assurer que l’extincteur est toujours en place et qu’il n’y a pas de fuite avec une perte du contenu qui serait visible en extérieur.

Une révision plus approfondie est recommandée tous les ans selon ce que mentionne la norme NF S61-919 et elle consiste à vérifier le niveau de la charge et à le compléter si besoin.

Enfin, des révisions spécifiques viennent s’ajouter entre 5 at 10 ans selon les modèles et certaines marques d’extincteur préconise un démontage complet du système, des essais de pression, le remplacement du dispositif de sécurité avec une recharge du produit et enfin le remontage de l’extincteur (après un contrôle visuel interne avant le remontage).

Si vous achetez un ou plusieurs extincteurs auprès d’une société spécialisée, celle-ci proposera aussi un contrat de maintenance/entretien. IL est conseillé de le souscrire pour plus de tranquillité et afin d’être certain de ne pas laisser passer les échéances de révision.

Sidebar