Santeria, Ifa, règle de Osha, condomblé

Ifá est un système de divination pratiqué par les Yoruba, le mot désigne aussi le prêtre personnifiant la sagesse dans ce système de croyances. Il est aussi pratiqué parmi les fidèles Lucumi appelé Santería ou Candomblé, selon les régions d’Amériques ou des caraïbes. Au Togo, il est appelé Afa, là où les esprits Vodou viennent parler. Le système de divination Ifa a été ajouté en 2005 par l'UNESCO à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

La Règle de Osha – Ifa s’appuie sur un vaste corpus de textes et de formules mathématiques. Le mot Ifa désigne le personnage mystique d’Ifa ou Orunmila et la ville d’Ile Ife, considéré par les Yoruba comme le lieu d’origine et la divinité de la sagesse et du développement intellectuel.

Contrairement à d’autres formes de divination de la région qui ont recours à la médiumnité, la divination Ifa ne repose pas sur les pouvoirs oraculaires d’une personne. Elle se fonde sur un système de signes interprétés par un devin, le prêtre Ifa ou babalawo, littéralement « le père des secrets ». Le système de divination Ifa est employé chaque fois qu’une décision importante, individuelle ou collective, doit être prise.

Le dice Ifa ou livre des versets de Ifa, contient les signes appelé odu,il comprend 256 signes divisés en vers appelés ese dont on ne connaît pas le nombre exact car il augmente continuellement (il y a environ 800 ese par odu). Chacun des 256 odu a sa représentation propre divinatoire, déterminée par le babalawo à l’aide des noix de palmes sacrées ou d’une chaîne de divination appelée Ekuele.

Après avoir obtenu l'Odu qui régit une situation ou un événement, le devin peut alors déterminer si l'Odu vient avec Ire (qu'on peut grossièrement traduire par bon chemin) ou avec Osogbo (les obstacles qui font barrage au succès). Après cette étape, le prêtre détermine les offrandes appropriées, les exercices spirituels et/ou les changements de comportement nécessaires pour apporter, conserver ou attirer le succès pour la personne qui reçoit le conseil divinatoire.

Les ese, considérés comme la partie la plus importante de la divination Ifa, sont chantés par les prêtres Yoruba du Nigèria dans une langue poétique alors que ce sont les prières qui sont chantés dans les caraïbes. Ils sont l’expression de l’histoire des Yoruba, de leur langue, croyances, cosmovision et préoccupations sociales contemporaines. La connaissance de l’Ifa a été préservée au sein des communautés et transmise parmi les prêtres Ifa jusqu’à ce jour.

Sous la pression religieuse et l’influence du colonialisme, les croyances et pratiques traditionnelles ont été l’objet d’une véritable discrimination. Les prêtres Ifa, pour la plupart très âgés, n’ont que des moyens modestes pour maintenir la tradition, transmettre leurs connaissances complexes et former de futurs praticiens. On assiste depuis quelques années à un intérêt croissant des jeunes pour la pratique et le recours à la divination de Ifa, malgré une intolérance grandissante à l’égard des systèmes traditionnels de divination en général dans la société moderne.

Après avoir obtenu l'Odu qui régit une situation ou un événement, le devin peut alors déterminer si l'Odu vient avec Ire (qu'on peut grossièrement traduire par bon chemin) ou avec Osogbo (les obstacles qui font barrage au succès). Après cette étape, le prêtre détermine les offrandes appropriées, les exercices spirituels et/ou les changements de comportement nécessaires pour apporter, conserver ou attirer le succès pour la personne qui reçoit le conseil divinatoire.

Source

Sidebar