Femme cougar, lionne et guéparde tachetée: savoir les reconnaître

Chaque année apporte son lot de nouvelles tendances sur Internet ainsi qu'une pléthore de nouvelles expressions utilisées par les internautes avides de nouveauté. 2013 est une année qui a vu la prolifération de nouveaux sites de rencontres «cougar», étiquette faunique dont peuvent se prévaloir maintenant les femmes de 40 ans et plus qui souhaitent trouver l'âme soeur chez les hommes de 18 à 39 ans.

L'expression «relation cougar», maintenant employée pour désigner toute relation entre une homme et une femme plus âgée, est une expression nouvelle pour une réalité qui a toujours existé: les femmes sont attirées par des hommes plus jeunes depuis l'aube de l'humanité. Quelles qu'en soient les raisons profondes, qu'elles soient émotionnelles ou intimes, cette réalité que vivent les femmes de 40 ans et plus peut être vue de l'extérieure par certains comme étant une tare ou un trouble psychologique. Car la nature nous a statistiquement toujours démontré qu'une relation de couple est composée d'un homme plus âgé que sa partenaire.

Afin de faire la lumière sur cette pratique relationnelle non traditionnelle, examinons en détails le contexte sociologique de la femme cougar afin de déterminer si le fait de rechercher un partenaire plus jeune est un problème psychologique, une nécessité émotionnelle ou un besoin purement physique.

Femme cougar, lionne ou guéparde tachetée?

Ces trois types de femmes partagent un seul point en commun: le goût d'un homme plus jeune. Nous verrons plus loin que ces femmes ont bien des disparités au niveau comportemental.

La femme cougar

La caractéristique principale de la femme cougar est sa détermination. Ayant l'âme d'une guerrière qui ne veut et ne peut échouer, elle est prête à tout pour rencontrer un homme plus jeune, et ce, par tous les moyens. Elle fait clairement savoir ses intentions à ses proies. On peut la reconnaître facilement au contact visuel soutenu qu'elle maintient avec sa proie et futur partenaire potentiel. Sa grande détermination n'a d'égal que son franc-parler et son efficacité. En effet, pour la femme cougar, le délai en minutes entre le premier contact visuel avec la proie et le moment du retour vers sa tanière avec le partenaire doit être réduit au minimum. Elle se chargera de toute la logistique relationnelle: premier contact visuel avec la proie, initiation de la discussion avec la proie, proposition de relation plus intime à la proie et même transport de la proie jusqu'à sa tanière. Détermination et efficacité: voilà la femme cougar.

La femme lionne

La femme lionne, elle aussi, est dotée d'un penchant pour la proie masculine plus jeune. Son désir d'un homme plus jeune est tout aussi fort que celui de la femme cougar, mais il s'exprime autrement. En effet, la femme lionne est difficile d'approche. Elle identifie sa proie potentielle aussi rapidement qu'une cougar mais la différence se situe au niveau de la longueur du contact visuel, qui est très court. La femme lionne est attirée par l'homme plus jeune mais ne sacrifiera ni son bonheur personnel, ni son célibat perpétuel ni la quiétude de la vie familiale avec ses lionceaux pour une banale soirée enlacée avec un jeune lion. Cette lionne désire le jeune lion mais elle a davantage à perdre qu'à gagner. La lionne n'a plus l'âge en effet pour consacrer du temps aux relations complexes et elle préfère céder la place aux lionnes âgées entre 18 et 30 ans. Le lion doit saisir le message, dur à capter, du bref contact visuel consenti par la lionne et se lancer à l'attaque de la femelle lionne sans tarder. On peut donc déduire que la lionne, bien que moins encline à une relation, pourra bénéficier des services d'un mâle plus dominant que celui de la cougar. En effet, la cougar, de son côté, est si sociable qu'elle consentira à s'accoupler avec un lion de n'importe quelle lignée génétique, même celle d'un mâle faible. La lionne, contrairement à la cougar, ne prend pas sur elle la responsabilité de la logistique de la mise en relation. Ainsi, c'est au jeune lion que revient l'obligation de prendre en main la discussion, prendre en main la proposition de raccompagner la lionne à sa tanière et défrayer le coût du transport de sa femelle jusqu'au nid conjugal.

La femme guépard (aussi appelée guéparde)

La guéparde est le type le plus intéressant et aussi le plus rare parmi les femmes attirées par les jeunes mâles. La guéparde est caractérisée par sa rapidité dans tous les aspects de la relation avec son jeune guépard. Nous verrons plus loin que cela peut s'avérer un avantage mais aussi parfois un inconvénient.

La rapidité de la guéparde est parfois ressentie dès la prise de contact. Sociable, elle cache cependant quelque fois sa réelle intention: celle de prendre ses jambes à son cou au gré de son imprévisibilité. En effet, la guéparde n'aime pas s'engager, ni à court terme ni à long terme. Entrer en relation avec une guéparde est donc un coup de dés à chaque étape de la relation. À chaque étape du processus relationnel, elle peut disparaître comme elle est entrée dans la vie de son prétendant: en courant. Et nous savons bien qu'elle court plus vite que toute autre femelle dans la nature. Il est donc de mise pour le jeune guépard de bien se documenter afin de ne pas s'engager trop vite dans une relation vouée à l'échec. Le meilleur conseil à donner à un jeune guépard aux prises avec une guéparde est de ne rien espérer et de ne rien investir dans une relation avec celle-ci, ou alors seulement sur un bon site de rencontres spécialisé comme Automeetic. La guéparde peut en effet disparaître en courant dès l'étape du contact visuel. Dans le cas où elle est toujours là après le premier contact visuel, un point est déjà marqué en faveur du jeune guépard mâle. Mais attention: la guéparde, encore et toujours imprévisible, est propice à disparaître à l'étape de la discussion verbale. Elle prétextera devoir aller se repoudrer le museau aux toilettes, et s'éclipsera à toute vitesse vers la plaine. Le guépard mâle qui a réussi à franchir avec succès ces deux premières étapes du processus devra maintenant s'attaquer à faire la proposition à la guéparde: finir la soirée bien blottie au chaud dans une tanière. Tout se joue à cette étape: si la guéparde acquiesce à la demande, la voie s'ouvre devant le guépard et il pourra raccompagner la guéparde jusqu'au nid. Et c'est à cette étape qu'on apprécie l'avantage d'avoir tout misé sur une guéparde: l'extrême rapidité de celle-ci à bondir vers le nid pour y passer une chaude nuit est sans égal dans la nature!

Sidebar