L’imitation de signature manuscrite et numérique - Dmoz.fr | Actualité insolite
Aller au contenu

L’imitation de signature manuscrite et numérique

  • par

Les escroqueries qui consistent entre autres à imiter la signature d’autrui sont de plus en plus nombreuses et parmi les plus fréquentes on peut citer l’utilisation d’un chèque volé, la cession d’un véhicule, le changement de bénéficiaire d’une assurance vie ou encore la création d’un faux testament olographe. Mais ce qui est désormais nouvellement apparu avec le développement de la dématérialisation des processus d’achat et la création des systèmes de signatures sur des écrans tactiles est l‘usurpation de signature numérique.

Déjouer les fausses signatures manuscrites

Si vous pensez que l’on vous présente un document à l’authenticité douteuse, que ce soit par l’écriture ou par sa signature, le recours à un expert en écritures et documents apparaît comme la solution sécurisée pour vous mettre à l’abri d’une fraude.

Pour cela vous devrez quand même être en mesure de fournir à l’expert au moins un document original authentique qui lui servira de référence afin d’effectuer sa comparaison avec la signature suspectée.

Si les notaires et les tribunaux ont fréquemment recours en amont à ce type d’analyse, les particuliers sont de plus en plus nombreux à se tourner aussi vers des spécialistes agréés. Cette démarche est simple et peut éviter bien des tracas. Elle sera en outre le préalable indispensable avant toute action en justice pour faire valoir ses droits et les tribunaux auront alors aussi recours à une expertise judiciaire en désignant un expert inscrit sur la liste nationale dressée par la Cour d’Appel ou la Cour de Cassation.

Mais l’ère des nouvelles technologies a vu apparaître une nouvelle forme d’imitation de signature qui se porte désormais sur la signature électronique.

Les dangers de la signature numérique

Toutes sortes de commerces utilisent désormais la signature numérique, que ce soit par exemple les agences bancaires, les boutiques e-commerce, les services de livraison à domicile ou même les services postaux. Tous mettent en avant une plus grande sécurité dans les transactions mais c’est en réalité un leurre.

Les signataires ignorent en effet que leur signature est enregistrée avec un support qui fait bien plus que mémoriser un simple trait. Les écrans tactiles et autres appareils de ce type sont ainsi capables de retenir la biométrie scripturale des utilisateurs comme la pression de l’écriture, la vitesse, l’accélération ou décélération du geste graphique et bien d’autres éléments que vérifient les experts graphologues en cas d’analyse d’une signature.

Comes les empreintes digitales ou l’ADN la signature de chaque individu est unique car sa manière de former le trait lui est spécifique. En signant sur un écran, ces données sont enregistrées et peuvent donc être reproduites frauduleusement à l’insu du signataire qui peut donc voir sa signature reproduite illégalement sur toute sorte de documents.

Les cas de victimes d’usurpation de signatures numériques sont de plus en plus nombreux et il est alors nécessaire de faire expertiser une signature par un spécialiste. Pour cela l’expert devra examiner la biométrie du signataire qui a été stockée dans le fichier numérique créé par la tablette tactile et la comparer à un exemplaire manuscrit classique de la même signature.

-