Voler en paramoteur: commencer une formation…

Voler …

Après de longs moments de réflexion à la recherche des origines de mon envie de voler, je dois me rendre à l'évidence :” je n'en sais rien” . J'ai bien de nombreux souvenirs où, enfant, je rêvais de m'élancer de petits monticules de terre avec un deltaplane , mais je ne sais pas d'où me venait cette envie. La question reste donc sans réponse pour le moment …
Mon premier contact avec le vol eu lieu il y a environ 10 ans lors de vacances d'été dans la région du lac de Serre-Ponçon. Au milieu des multiples activités d'eau vive et pour nous permettre de voir les choses autrement que du lit des torrents , nous nous offrons avec ma femme une pause aérienne sous la forme d'un baptême parapente en bi-place. J'ai beaucoup appréhendé ce premier vol mais dès que le vol commença, toutes mes angoisses restèrent au sol. Cette experience m'a beaucoup plu et aussitôt je me mis à imaginer une solution me permettant de revivre la même chose à coté de chez moi dans la plaine . Aprés quelques recherches la réponse me paru évidente : Le paramoteur.
Malheureusement mes activités de l'époque ne me laissèrent pas le temps indispensable pour me lancer dans l'apprentissage . Mais l'idée était là dans un coin de mon esprit , en sommeil, prête a resurgir …
“Pour pouvoir voler , vous devez croire à l'invisible …”Richard Bach

Ma décision fut prise fin août début septembre 2011 , la peur du gendarme avait gagné , ne pouvant comme beaucoup de personnes me permettre de me faire suspendre mon permis de conduire j'avais decidé de mettre entre parentheses ma vie de motard. Je ne pouvais le faire sans retrouver un nouvel espace de liberté, c'est alors que le paramoteur surgit du fin fond de mon esprit !

Armé de ma connection internet, j'ai commencé le tour des différentes pages et forums traitant du sujet afin de répertorier les écoles les plus proches de mon domicile. Ma recherche donna deux résultats : Le centre ULM de Brienne le chateau et celui de Romilly-sur-Seine. Dès le week-end je me suis donc rendu dans chacune de ces écoles afin d'obtenir les renseignements d'usage concernant le cursus de formation,leurs méthodes et leurs différentes formulles tarifaires.

Le facteur humain étant pour moi un critère important, mon premier choix fut le centre de Brienne le chateau. Il ne me restait plus qu'a finaliser la vente de ma derniere moto pour commencer la formation. La moto tardant à se vendre, je continuais mes flâneries paramotoristes sur internet…

C'est alors que je fis la découverte d'une autre école non loin de chez moi à proximité de Voisines dans l'Yonne: Poney volant paramoteur.Voici l'occasion toute trouvée d'une ballade en moto. Cette école est un peu atypique comparée aux deux précédentes, elle n'est pas située sur un aérodrome mais au milieu d'un centre équestre, je déhambule un peu sur le site sans trouver personne. Enfin une femme m'interpelle me demandant qui je cherche :” Le paramoteur ! C'est mon fils qui s'occupe de ça , suivez moi il est chez lui …”.

Je la suis donc dans la bâtisse voisine et rencontre un homme coincé dans son fauteuil la jambe immobilisée par une attèle. Dès le début il me rassura en m'expliquant que son problème de genoux n'était pas dû au paramoteur mais à un accident de cheval. Par contre sa situation lui interdisait le terrain et donc les cours pratiques. Peu importe, je ne suis pas pressé et je l'ai trouvé d'un contact plus sympatique que les deux autres. Je conviens donc avec lui de le recontacter lorsque que cette sacrée moto sera partie…

C'est comme ça que j'ai rencontré mon futur instructeur : Loulou ! Et sa mythique camionette !

La moto vendue, rendez-vous fut pris pour commencer ma formation. Celle-ci se décompose en deux phases :

-Obtention du théorique ULM commun :

Afin de pouvoir prétendre à l'obtention du brevet de pilote il faut obtenir un examen commun à toutes les classes d'ULM. Cet examen se passe auprès de la Direction Générale de l'Aviation Civile, il est composé de 40 questions sous forme de QCM et un minimum de 30 bonnes réponses est indispensable à son obtention. Il porte sur des questions concernant la réglementation en vigueur, la méteo, les principes mécaniques du vol, les facteurs humains intervenant autour du vol, la navigation, la mécanique de l'ulm, etc…

La préparation de cet examen se fait à l'école avec l'instructeur, à l'aide de différents ouvrages de préparation, via internet sur de nombreux sites proposant des QCM semblables à ceux de la DGAC.

-Obtention de la partie pratique :

Celle-ci n'est pas validée par un examen de fin de formation, elle s'obtient plutôt sous forme de contrôle continu validant au fur et à mesure de la progression les différentes techniques indispensable pour une pratique sécuritaire. C'est l'instructeur qui valide directement cette phase lorsqu'il pense que l'élève rempli toutes les conditions. Au cours de cette phase, l'élève travaillera les points suivants : travail de la voile au sol, controle pré-vol homme/voile/moteur, maitrise du moteur, décollage, vol, atterissage, etc…

Sidebar