Le pistachier de Ghisonaccia

Un pistachier en corse élu arbre de l'année:

Ses 190 centimètres de tour de taille ne l’ont pas empêchés de remporter les faveurs du jury: le pistachier de Ghisonaccia, en Haute-Corse, a des mensurations parfaites mais également une histoire qui ont ému l’écrivain Didier Van Cauwelaert et les jurés du prix de l’Arbre de l’année. Ce concours, organisé par l’Office national des forêts (ONF) et le magazine Terre Sauvage, avec le soutien (entre autres) de l’Unesco, du ministère de l’Ecologie, de la Fondation Yves Rocher et de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), a décerné jeudi soir le prix du jury à ce pistachier corse .

«Une maison ça se reconstruit, occupez-vous de l’arbre»

Sur les 26 arbres en compétition, c’est la belle histoire du pistachier de Ghisonaccia qui a le plus ému le jury: enseveli sous des gravats laissés sur place après la construction d’une route, l’arbre a été mis au jour par Elise Inversin, une bergère qui avait entrepris de démaquiser autour de chez elle pour éviter les incendies. «Elle a eu une phrase qui nous a bouleversé, reconnaît Didier Van Cauwelaert. Alors qu’un incendie avait pris autour de chez elle, elle a dit aux pompiers “Une maison ça se reconstruit, occupez-vous de l’arbre”.»

Depuis, le pistachier âgé de près de 1.000 ans est devenu la star du village. Ce serait même le plus vieux pistachier lentisque de tout le bassin méditerranéen. Ses branches qui s’élèvent à sept mètres de hauteur abritent de nombreuses espèces d’oiseaux. «Cette belle aventure doit servir à faire prendre conscience que les arbres sont notre avenir, le poumon du monde, et qu’il faut les respecter», espère Elise Inversin. Le pistachier sera classé «arbre remarquable de France» et un de ses rameaux sera planté dans les jardins du ministère de l’Ecologie. Une exposition de photos sur les grilles de l’Unesco permettra de l’admirer ainsi que les autres arbres sélectionnés.

Sidebar